mercredi, 02 mai 2012 06:29

Les chenilles processionnaires

Les chenilles processionnaires et les risques de santé liés à leur contact

Tout commence par le papillon, aux ailes noires et blanches qui est nocturne. Les œufs sont pondus en été sur la base des aiguilles d’un pin ou d’un autre conifère, puis le papillon meure. Les oeufs se développent en plusieurs stades larvaires en l’espace d’environ 6 mois. Ces larves vivent en colonies dans un nid, un cocon tissé de fils de soie.

 

Ces nids se voient facilement à l’œil nu. Les larves se nourrissent la nuit grâce aux aiguilles de l’arbre et la journée digèrent. Dès janvier jusqu’à juin, les chenilles, de couleur noir et orange, descendent de leur arbre pour se mettre en quête d’un endroit propice pour s’enterrer.

 

Leur route est typique car elles se suivent en file indienne, d’où leur nom. Lors qu’elles s’enterrent, elles se nichent à nouveau dans un cocon et deviennent papillon après de longs mois voire des années. C’est pourquoi leur destruction est difficile, les insecticides habituels ne les détruisant qu’apparemment.

Si le papillon est inoffensif, le contact avec les chenilles est absolument à éviter. Elles sont en effet recouvertes de poils urticants qui dégagent un venin si manipulés. Ce venin provoque allergies, urticaires et au pire, nécroses.

 

Il s’agit donc d’un problème de santé publique si on déniche un de ces nids. Les communes doivent les détruire, soit en brûlant les nids ou avec l’aide d’insecticides avec un succès irrégulier. Le port de gants est obligatoire. A part l’humain, les chenilles processionnaires détruisent l’arbre hôte qui se retrouve considérablement affaiblis. Puis elles sont nocives pour nos animaux.

 

Le problème rencontré en pratique des petits animaux est les chiens qui ont trop approché leur museau de ces drôles d’insectes. Le chat, méfiant de nature, risque moins l’envenimation.

 

Le symptôme le plus fréquent chez le chien est une tuméfaction de la langue avec un durcissement assez inquiétant. Sans soins, la langue peut virer au sombre voire violet, et une nécrose peut occasionnellement se produire. Une partie de la langue peut tomber.

 

Si les premiers soins consistent en anti-inflammatoires et histaminiques puissants, parfois des antibiotiques, de l’héparine, perfusions, etc.., au stade de nécrose l’amputation de ce bout de lange doit parfois être envisagée. D’autres signes peuvent occasionnellement se produire, comme des atteintes au niveau des yeux ou de la face.

 

C’est pourquoi si le chien présente d’un coup une gêne importante à la bouche, comme un corps étranger, vérifier la langue et visiter le vétérinaire rapidement si celle-ci se durcit.

 

Donc on sait que les chenilles processionnaire sont dangereuses, mais comment les reconnaître ? Sur le site que voici, une jolie photo les montre :

http://perso.wanadoo.fr/pollens/chenil04.htm

On sait également qu’elles se trouvent toujours dans la région d’un conifère, de préférence vers la lisière des bois, dans une clairière ou vers des arbres isolés car elles préfèrent un certain ensoleillement. Certaines régions aussi sont plus touchées que d’autres.

D’autre informations peuvent se trouver sur divers sites internet dont celui-ci :

http://jpgallou.free.fr/chenilles.html

Publié dans Conseils vétérinaire