jeudi, 30 septembre 2010 06:31

les soins habituels description et physiologie du chinchilla

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

  1. chinchillaOrigines
  2. Classification
  3. Particularités biologiques et physiologiques                                                    
  4. Conditions d'entretien
  5. Dominantes pathologiques
  6. Affections respiratoires                                                        

                                                                                                                             

Les origines

Retour en haut

L'espèce domestique du chinchilla correspond au croisement de deux espèces sauvages C. Laniger x C. Brevicaudata.

L'espèce C. Laniger se trouve dans les régions andines du Chili entre 3'000 et 4'000 mètres d'altitude. Il a presque disparu mais on sait qu'une colonie s'est réimplantée au Tadjikistan.

L'espèce C. Brevicaudata se trouve aux confins de l'Argentine, du Chili et du Pérou.

La classification

Retour en haut

Classe:

Mammifères

Ordre:

Rongeurs

Sous-ordre:

Hystrichognathes (Wilson ou Reeder) ou Caviomorphes ou Hystrichomorphes

Famille:

Chinchillidés

Genre:

Chinchilla

Espèce:

laniger et brevicaudata

Nom commun:

chinchilla

Les particularités biologiques et physiologiques

Retour en haut

Caractères anatomiques et morphologiques

Poids adulte (la femelle est plus grande que le mâle)
mâle: 400 à 500 g
femelle: 450 à 800 g

Longueur du corps: 25-30 cm

Longueur de la queue: 7-15 cm

Formule dentaire:

mâchoire supérieure

1 0 1 3
  I C PM M

mâchoire inférieure

1 0 1 3

Le chinchilla a 5 doigts aux membres antérieurs et 4 doigts aux membres postérieurs

 

Paramètres biologiques

Mode de vie: Le chinchilla a une activité crépusculaire et nocturne mais il s'adapte à la vie diurne de ses propriétaires. C'est un excellent grimpeur.

Système social: Le chinchilla à l'état sauvage vit en colonies de 10-100 individus organisées contre l'attaque des prédateurs par des signes sonores.

Il consomme 30-40 g de nourriture par jour et boit 10-20 ml par jour.

Sa température est de 38°C à 39°C.

Le chinchilla vit environ 10 ans, mais des records de 20 ans ont été enregistrés.

 

Physiologie de la reproduction

Age de la maturité sexuelle:
mâle: 9 mois
femelle: 4-5 mois
cependant on ne peut les faire reproduire qu'entre 7-9 mois.

La saison sexuelle dure de novembre à mai. Le cycle de la femelle dure 30-50 jours, polyoestrien. Les chaleurs à proprement parler durent 31 jours en moyenne, mais c'est très variable. L'ovulation est spontanée chez la femelle chinchilla. La durée de gestation peut aller de 110 jours à 120 jours, avec une moyenne de 112 jours.
Les nouveau-nés à la naissance ont les yeux ouverts et ils ont des dents. Ils pèsent entre 30 et 60 g. Leur maman peut avoir 2 portées par an et entre 1 et 5 petits rejetons par portée.
Les petits doivent être sevrés entre 6 et 8 semaines, cela implique la séparation entre parents et enfants.
La femelle a 6 mammelles en tout.
Les chaleurs peuvent de nouveau apparaître 12-24 heures après la mise-bas.

Les conditions d'entretien

Retour en haut

Milieu de vie

Le chinchilla doit avoir une grande cage spacieuse avec plusieurs étages de 80x50x100 cm au minimum, soit 4'000 cm2 au sol.
Comme litière vous pouvez utiliser du foin en couche épaisse, de la paille, du chanvre ou des copeaux d'écorce de bois, mais il faut éviter la litière pour chat, car elle peut être consommée.
Pour le chinchilla il faut encore mettre dans sa cage un endroit où il pourrait prendre un bain pour enlever l'excès de sébum qu'il a sur la peau. Pour ceci il vous faut des bains de sable avec terre à bain spécifique ou à défaut un mélange à parties égales de talc et de sable fin.
Eviter de placer la cage dans un endroit humide ou exposé aux courants d'air. Placer un nid en bois en hauteur sur l'un des pans de la cage.
Garnir la cage avec de grands branchages pour assurer l'exercice.
La température de l'endroit où se trouve votre chinchilla devrait se situer de 18-20°C, avoir 12 heures d'éclairement et l'humidité devrait être de 30-70%.

Alimentation

Le chinchilla est un rongeur strictement herbivore qui consomme entre 50 et 90 g de nourriture par jour. Alimentation sèche avec 30 g d'aliment complet sous forme de pellets dosés à 18-20% de protéines, du foin de bonne qualité à volonté, et de temps en temps quelques légumes et fruits, mais il faut éviter les aliments pour lapins et cobayes.

Contention

Le chinchilla pouvant mordre il faut le manipuler avec douceur. Placer une main au niveau des épaules et l'autre au niveau de la croupe. On peut aussi saisir le chinchilla par la base de la queue. Eviter surtout l'extrémité de la queue et le pincement de la peau.

Les dominantes pathologiques

Retour en haut

Affections digestives

  • Anomalies dentaires et malocclusions
  • Affections gastro-intestinales d'origines nutritionnelle:
    • excès de verdure
    • constipation (manque d'eau, âge, paresse intestinale)
    • entérites
  • Entérites bactériennes:
    • Yersinose
    • Listériose
    • Salmonellose
    • Autres bactéries possibles
    • Entérite faisant suite à un traitement inadéquat aux antibiotiques
  • Entérites parasitaires:
    • Coccidiose
    • Cryptosporidiose
    • Giardiose
    • Les helminthoses sont peu fréquentes
  • Prolapsus rectal:
    • Il peut être consécutif à des diarrhées, à d'intenses efforts expulsifs (constipation, mise bas), à un stress. Le prognostic est réservé.
  • Affections liées à l'absorbtion de poils:
    • Trichobézoards
    • Constipation
    • Occlusion intestinale

Les affections respiratoires

Retour en haut

Facteurs prédisposants

  • Courants d'air
  • Ventilation insuffisante
  • Hygrométrie inadéquate
  • Tout stress

Germes responsables

  • Divers germes sont responsables, dont la Pasteurella mutocida.

Signes cliniques

  • La pasteurellose:
  • On peut en trouver deux formes.
  • La première est la forme aiguë qui se trouve principalement chez les jeunes. La maladie est caractérisée par un jetage purulent, de la fièvre, une évolution septicémique avec des lésions congestives et hémorragiques, une otite moyenne et méningo-encéphalite avec des lésions purulentes.
  • La deuxième est la forme chronique qui se caractérise par des rhumes et des conjonctivites, otite suppurée, abcès cutanés et sous-cutanés.

Autres affections bactériennes

  • Conjonctivite
  • Rhume
  • Broncho-pneumonie
  • Otite moyenne
  • Méningite
Lu 5810 fois Dernière modification le mardi, 30 juin 2015 08:31
Danielle Perrin Frei

dirige le cabinet vétérinaire AuFuret. 

Le cabinet vétérinaire été fondé en 1999 sous l'impulsion du Méd-vét. Danielle Perrin Frei. Membre SVS (Société des Vétérinaires Suisses) Membre SVV (Société Vaudoise des Vétérinaires)