Les néoplasies chez les animaux de compagnie

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Tous les animaux peuvent développer un jour ou l’autre une néoplasie, c’est-à-dire une tumeur bénigne ou maligne. Certaines espèces en développent d’ailleurs plus fréquemment comme les rats ou les furets.

Les néoplasies sont décrites de la même façon qu’en médecine humaine, selon leur origine, l’organe atteint, leur agressivité, leur croissance et leur degré d’invasion des tissus. Certains types de tumeurs sont en général bénins comme les lipomes qui peuvent toute de même atteindre des dimensions importantes, d’autres sont souvent agressifs comme les tumeurs du foie par exemple. Une tumeur maligne possède un pronostic très réservé voire sombre.

De façon générale, les tumeurs peuvent survenir dans n’importe quel organe et à tout âge. Certaines espèces présentent des particularités comme les lymphomes juvéniles ou adultes chez le furet, les insulinomes chez le furet également, les tumeurs mammaires chez les rats, les fibrosarcomes chez les chats, etc.

Les signes sont vastes et toujours liés à ou aux organes concernés. Parfois une masse est visible ou palpable de l’extérieur de l’animal, parfois nous ne pouvons que repérer des symptômes peu spécifiques tels qu’amaigrissement, inappétence, anémie, fatigue. Ces symptômes peuvent survenir lentement, mais parfois leur apparition est foudroyante ne laissant que peu de temps pour comprendre ce qui se passe.
Les examens complémentaires passent par le sang (pas toujours ou parfois peu modifié), radiographies, échographies, endoscopie, voire scanner.

Les possibilités de traitement sont étroites surtout si la néoplasie est volumineuse ou très agressive. Chirurgie, chimiothérapie voire radiothérapie. En Suisse, les traitements oncologiques sont proposés au Tierspital de Zurich.

Il est toutefois toujours essentiel de garder à l’oeil le bénéfice pour l’animal et de bien peser le pour ou contre avant de décider d’entreprendre des traitements lourds et onéreux. Les néoplasies appartiennent, à juste titre, à une des causes les plus fréquentes d’euthanasie avant que l’animal ne ressente des souffrances inutiles.

Il n’y a que peu de prévention possible. Les tumeurs mammaires sont évitées si la chienne est stérilisée avant ses premières chaleurs. Puis lorsqu’une néoplasie se déclare, la chirurgie offre un meilleur résultat si elle est entreprise rapidement lorsque la tumeur est petite.

Lu 1801 fois Dernière modification le mardi, 21 février 2017 08:15

Heures d'ouverture

furet

Matin: 08:00 - 12:00
Après-midi: 14:00 - 19:00
Ouvert 2 samedis matin par mois.