jeudi, 30 septembre 2010 06:30

Ecureuils de Corée

Écrit par 
Évaluer cet élément
(3 Votes)

  1. Classification
  2. Particularités biologiques et physiologiques
  3. Conditions d'entretien
  4. Dominantes pathologiques

Classification

Retour en haut

Classification:

.

Classe:

Mammifères

Ordre:

Rongeurs

Sous-ordre:

Sciographies

Famille:

Sciuridés (écureuils, marmottes, chiens de prairie)

Genre:

Tamia

Espèce:

striatus



Nom commun:

Nom latin:

Tamia sibérien ou Burunduck

Eutamia sibiricus

(Élevé et vendu en Europe)

 

Tamia de l’Hudson

Tamiasciurus hadsonicus

Neotamia nain

Neotamia pygmaeus

Tamia strié, appelé aussi écureuil rayé,

Tamia striatus

écureuil japonais ou écureuil de Corée

 

(élevé et vendu en Europe)

 

 

Les particularités biologiques et physiologiques

Retour en haut

Caractères anatomiques et morphologiques

L’écureuil a un dos gris avec 5 raies longitudinales brun foncé, et ses flancs sont gris jaunâtre.

poids adulte: 70-120 g

longueur du corps: 15 cm

longueur de la queue: 10-12 cm

formule dentaire (22 dents à pousse continue)

mâchoire supérieure

1

0

2

3

.

I

C

PM

M

mâchoire inférieure

1

0

1

3


abajoues

vue puissante, vision ample

4 doigts aux membres avants et 5 doigts aux membres arrières

 

Paramètres biologiques

arboricole (qui vit dans les arbres)

température corporelle: 38-39.5°C

fréquence respiratoire: 200/minute

fréquence cardiaque: 300-500/minute

longévité moyenne: 5 ans (parfois 8, voire 12)

 

Physiologie de la reproduction

âge de la maturité sexuelle:

mâle 12 mois

femelle 11 mois

saison sexuelle: mars à avril

durée du cycle: 4-5 jours

type d’ovulation spontanée: (au moment de l’accouplement)

accouplement unique au 2ème jour du cycle

durée de gestation: 35-40 jours

poids à la naissance: 3-4 grammes

nombre de petits par portée: 3-5

âge du sevrage: 4 semaines

nombre de mamelles: 8 ( 4 paires)

nombre de portées par an: 1

durée de vie reproductrice: 5-6 ans


Contention:

L'examen est difficile car il mord facilement et se déplace très vite.

On commence par l’observation dans la cage et par le prendre dans les mains, on met un gant et on saisit la tête entre le pouce et l’index.

 

ATTENTION: NE PAS SAISIR L’ANIMAL PAR LA QUEUE, CAR CELLE-CI RISQUE D’ETRE SCALPEE.

 

Les conditions d'entretien

Retour en haut

 

Milieu de vie

A l’état sauvage

Terriers avec chambre centrale et couloirs annexes servant de garde-manger pour l’hiver.

Chaque tamia a son propre terrier.

Hibernation d’octobre à avril.


En captivité

Vaste volière d’intérieur en grillage et à montants métalliques,100x50x150 cm au minimum.

Prévoir un grillage à mailles inférieures à 2 cm, une ou plusieurs grosses branches naturelles, un nid en bois muni d’un orifice d’entrée de 3 cm et de plus de 15 cm dans toutes les directions.


Litière de choix

Tourbe, ou mieux, foin d’excellente qualité. La litière est changée dès que l’urine provoque une odeur désagréable.

Les écureuils ne dégagent pas d’odeur.


Température ambiante

Peu d’exigences. Détention en extérieur possible à la condition d’éviter une exposition plein sud.

L’écureuil hiberne et se réveille en mars. Pas d’hibernation à l’intérieur des habitations. 

Grande sensibilité aux écarts de température et aux ventilations insuffisantes.

 

Alimentation

Aliments composés spécifiques (de types industriels)

Alimentation traditionnelle possible

Aliments secs

graines variées (noix, noisettes, frêne, maïs, blé et tournesol), flocons d’avoine, gâteaux secs, pain trempé dans du lait sucré.

Aliments frais

salade, pissenlits, écorces fraîche, fruits (cerises, pommes), bourgeons.

Protéines animales en petite quantité

oeufs, viande crue, vers de farine, insectes.

A l’état sauvage

l’animal se nourrit de baies, d’insectes, de grenouilles, de petits reptiles, d’œufs, d’oisillons.

 

 

Les dominantes pathologiques

Retour en haut

 

Affections digestives

Anomalies dentaires: par un défaut des incisives la mastication est difficile, puis impossible. Ces anomalies sont héréditaires.

Maladie des "gencives": elle est provoquée par l’accumulation de débris solides ou alimentaires entre les incisives. Il en résulte une infection chronique des "gencives".

Ballonnement (météorisme): il est provoqué par un changement brutal d’alimentation ou par une consommation excessive de fruits ou de verdure. L’évolution est souvent fatale.

Inflammation de l’intestin grêle (entérite): elle est toujours très grave et d’évolution rapide. Son origine est bactérienne et l’agent pathogène de la salmonellose est souvent impliqué.

 

Affections respiratoires

Les affections respiratoires sont favorisées par des variations thermiques brutales, des courants d’air, une ventilation défectueuse.

 

 Affections cutanées

Les affections cutanées sont provoquées par des parasites externes.

Puces et tiques

Acariens: démodécie

Mycoses

Abcès 

Affections urinaires

Les affections urinaires sont assez fréquentes.

Signes: l’animal est agité, souffre de pollakiurie (troubles de l’évacuation de l’urine, consistant en mictions fréquentes et peu abondantes). Des cystites sont généralement dues à des calculs.

 

Pathologie de la reproduction

Métrite: elle est due à une infection post-partum

Pyomètre

Tumeurs mammaires: il s’agit souvent de tumeurs à tendance bégnine.

Hypocalcémie: elle est fréquente après la mise bas et en début de lactation, mais aussi chez les jeunes mâles.

 

Affections traumatiques

Fractures

 

Troubles nerveux

Epilepsie: l’origine est encore mal connue.

 

Coup de chaleur

il s’observe en été et il peut être provoqué par une température excessive ou par le maintien de l’animal dans une pièce insuffisamment ventilée. Gravissime, il impose un refroidissement corporel d’urgence et le traitement de choc chez le vétérinaire.

 

Affections oculaires

Cataracte: Elle s’observe surtout chez les mâles et son origine est mal connue.

 

 

Lu 8279 fois Dernière modification le mardi, 21 février 2017 10:06
Danielle Perrin Frei

dirige le cabinet vétérinaire AuFuret. 

Le cabinet vétérinaire été fondé en 1999 sous l'impulsion du Méd-vét. Danielle Perrin Frei. Membre SVS (Société des Vétérinaires Suisses) Membre SVV (Société Vaudoise des Vétérinaires)

Plus dans cette catégorie : « La souris domestique Gerbilles »