Pour animaux de compagnie.
mercredi, 18 mars 2015 15:59

Les tortues aquatiques

Maintenance

En bassin extérieur, réalisé en béton, bâche de PVC (au moins 0,8 cm).
Lors du terrassement le terrain est nivelé de manière à créer des paliers à différentes hauteurs.
Une fois le bassin réalisé, il faudra attendre en tout cas 2 voire 3 mois pour y lâcher les tortues. La dénivellation et les pentes seront prévues pour que les tortues puissent sortir à tout moment, sur le bord du bassin pour un bain de soleil.
Exemples de plantes pour bassins : lotus, nénuphar, jacinthe d’eau, renoncule, papyrus, prêle, iris, plantain d’eau...

Les espèces tropicales qui, de par leurs exigences thermiques, ne peuvent rester toute l’année à l’extérieur, nécessitent un aquarium..
L’aquarium est un milieu artificiel dans lequel il est particulièrement illusoire de reconstituer un biotope naturel, la priorité sera donc donnée à une hygiène irréprochable.
L’aménagement comprend une partie terrestre qui occupe un tiers de la superficie totale de l’aquarium.
Le nettoyage du bac se fait environ tous les mois, pour le filtre 2-3 fois par mois.

Alimentation :

Les tortues aquatiques ne sont pas toutes carnivores comme beaucoup d’entre nous sont susceptibles de l’imaginer. Quelques espèces ou les juvéniles sont carnivores, et passant à l’âge adulte elle deviennent principalement herbivores. Mais la très grande majorité des tortues aquatiques est omnivore.

En captivité, le choix des aliments offerts aux tortues tient impérativement compte des spécificités alimentaires de chaque espèce. Les adultes sont nourris au moins 2 ou 3 fois par semaine, alors que les jeunes doivent s’alimenter quotidiennement. Il s’agira de leur offrir la nourritures la plus variée que possible.

Aliments adaptés aux besoins des tortues:

Végétaux et fruits: algues, cresson, jacinthe d’eau, spirogyres, pissenlit, romaine, feuilles de betteraves, feuilles de brocoli, feuilles de navet, endives, blettes, épinards, feuilles et fleurs d’hibiscus, feuilles de mûrier.

Viandes: foie de veau, cœur et gésier de volaille.

Vertébrés: souris, rats et autres rongeurs, grenouilles, poussins, poissons frais entiers (vairons, gardons, gambusies, guppys, anguilles, lançons) mais également morceaux de saumon et filet de colin, cuisses de grenouilles.

Invertébrés: escargots aquatiques et terrestres, crustacés (écrevisses, crevettes…), vers de vase et lombrics.

Aliments artificiels: aliments pour reptiles (croquettes déshydratées), pudding (pâte colorée gélatineuse dont les ingrédients varient en fonction de l’inspiration! Exemple :gélatine de cuisine, truites fraîches, crevettes fraîches, moules, escalope de bœuf, œufs, lait, pots pour bébés, foie de lapin ou de volaille…)

Compléments vitaminés: si l’alimentation est équilibrée, il est inutile d’en ajouter. Par contre, on peut éparpiller dans le fond du bassin des fragments de coquilles d’huîtres et d’œufs que les tortues mangent régulièrement pour l’apport de calcium. Les os de seiche sont également recommandables.

Aliments inadaptés:

 

Végétaux :

Laitue, scarole, courgette, carotte, concombre, champignons, fraise, banane, pomme, choux de Bruxelles, Chou-fleur, chou chinois, et navet

Viandes :

Cervelle, rognons steak haché, jambon cuit ou cru.

Poissons :

Sardine, éperlan, anchois alose, carpe, hareng, chabot, poisson chat, poisson rouge

Crevettes séchées ou gammares.

Les aliments pour chiens et chats sont fortement déconseillés!

Reproduction :

En général, les femelles sont plus grosses que les mâles, mais le meilleur critère de différenciation est l’épaisseur de la base de la queue, plus importante chez le mâle.

Les espèces tropicales s’accouplent tout au long de l’année, mais les femelles ont tendance à pondre chaque année pendant les mêmes périodes. Les parades d’accouplement sont plus ou moins complexes selon les espèces et de violence plus ou moins marquée. De par son agressivité, le mâle peut tuer la femelle notamment si celle-ci n’est pas consentante, il est donc conseillé de les séparer et de ne les mettre ensemble dans le même bac qu’une à deux fois par année pour provoquer l’accouplement.

Ponte: elle a lieu 3 à 4 semaines après l’accouplement. La femelle recherche un lieu bien ensoleillé, humide et situé assez près du bassin, et souvent près de la clôture de l’enclos. Elle creuse un nid et y dépose ses œufs avant de le reboucher. L’entrée de ce nid peut être décelée par un œil exercé, mais peut tout à fait passer inaperçu tant dame tortue est méticuleuse !

Les femelles ne s’occupent jamais des œufs ni des nouveau-nés, sauf rares exceptions. Le ramassage des œufs se fait dans les plus brefs délais ; plus on attend, plus l’opération est risquée. Le retournement d’un œuf de tortue peut engendrer la mort de l’embryon. Il faudra ensuite les placer dans un incubateur.

Hibernation :

Les tortues aquatiques de climat tempéré hibernent dans le bassin extérieur, et la majorité hiberne dans l’eau, mais certaines espèces optent pour la partie terrestre du bassin. Un abri en bois ou en dur est alors nécessaire, ainsi que plusieurs grands tas de végétaux (paille usée, herbe tondue, feuilles sèches ou fumier) disposés dans l’enclos, sous lesquels les tortues pourront se réfugier.

Titre : maintenance et alimentation de la tortue aquatique

Mots-clés : tortue, aquatique, chélonien, reptile, anapside, ovipare, terrariophilie, terrarium, aquarium, hibernation, carapace, écailles, plastron, dossière, tégument, cloaque, tropical, bassin, enclos, bac, température, climat, hygiène, omnivore, protection, réglementation, captivité, incubation, ponte, œufs, nid, ostéofibrose, salmonellose, nager, marécages, étangs, lacs, rivières, mue, eau, végétaux, mer, lenteur, maison, océan, dos, rétracter.

Publié dans Reptiles
jeudi, 30 septembre 2010 06:14

La souris domestique

  1. Origines
  2. Classification
  3. Particularités biologiques et physiologiques
  4. Conditions d'entretien
  5. Dominantes pathologiques
 

Les origines

Retour en haut
On retrouve des traces de souris depuis le néolithique.
  • Elle est originaire de l'Asie et du Proche-Orient et a colonisé l'Europe par voie maritime dès le XVIIème siècle. On l'a alors utilisée comme animal de laboratoire. Sa couleur d'origine est grise. A côté de la souris blanche, on trouve des mutants de couleur: unicolores à marque, noir et feu, chinchilla gris. Il existe aussi des mutants à poil long.

     

Classification

Retour en haut
Classe: Mammifères
Ordre: Rongeurs
Sous-ordre: Sciurognathes (Wilson et Reeder) ou Myomorphes
Famille: Muridés
Sous-famille: Murinés
Genre: Mus
Espèce: Musculus
Nom commun: Souris domestique

 

 

Particularités biologiques et physiologiques

Retour en hautt

Caractères anatomiques et morphologiques

  • poids adulte mâle: 20-40g.
  • poids adulte femelle: 25-40g.
  • longueur totale:14.5-18.5cm
  • longueur de la queue: 7-9.5cm
  • formule dentaire: 16 dents

 

mâchoire supérieure 1 0 0 3
  I C PM M
mâchoire inférieure 1 0 0 3

La souris a 4 doigts aux membres antérieurs et 5 aux membres postérieurs

Paramètres biologiques

  • A l'état sauvage: On peut lui creuser un terrier ou lui faire un nid d'herbe
  • Mode de vie: La souris a plutôt une activité crépusculaire et nocturne et ceci pendant toute l'année
  • Système social: Elles forment de petits groupes familiaux
  • Température corporelle: 36.5-38°C
  • Hibernation naturelle: La souris n'hiberne pas
  • Longévité: La souris peut vivre 2 à 3ans

Physiologie de la reproduction

  • Age de la maturité sexuelle: mâle: 2 mois femelle: 1,5 mois
  • Saison sexuelle: La saison dure toute l'année
  • Durée du cycle: 4-5 jours
  • Type d'ovulation: L'ovulation est spontanée
  • Durée de gestation: 19-21 jours
  • Caractères des nouveau-nés: Ils ouvrent les paupières à 13 jours
  • Nombre de petits par portée: 7-10 petits
  • Nombre de portée par an: 4-8
  • Poids à la naissance: 0.5-1.5g.
  • Age du sevrage: 21et 28 jours
  • Nombre de paires de mamelles: 5 paires

Conditions d'entretien

Retour en haut

Milieu de vie

Cage
  • Elle doit faire au minimum 30x20 soit 600cm2 au sol par souris. A défaut de cage on peut utiliser un grand aquarium. On peut utiliser des copeaux de sapin ou de chanvre comme litière; elle doit être changée toutes les semaines. L'urine de souris dégage une forte odeur, surtout les mâles. Dans la cage on peut ajouter des accessoires tels roue, trapèze et échelle.
  • milieu favorable pour mettre la cage:
  • - température: 19-21°C
  • - humidité de 30-70%
  • - durée d'éclairement: 12 heures
  • - taux d'ammoniac <10ppm
Alimentation
  • La souris est un animal omnivore qui consomme moins de 5g. de nourriture par jour. Il faut lui donner un mélange complet de graines qui contient 20-24% de protéines, ou faire des rations ménagères avec des légumes (salades, carottes, endives), des fruits, des graines, et un peu de viande blanche, des oeufs durs, du fromage, et comme boisson de l'eau à volonté.


Contention

Il faut maintenir la souris avec une main sur la peau entre les oreilles et l'autre main à la base de la queue. Il faut éviter l'extrémité de la queue qui risque de se retrouver entre les doigts.

Dominantes pathologiques

Retour en haut

Affections cutanées

  • Dermatocytoses: dépilations arrondies. Elles peuvent être transmises à l'homme.
  • Gales avec dépilations qui se caractérisent par des croûtes et du prurit (vive démangeaison).
  • Pseudogales avec lésions croûteuses localisées.
  • La variole de la souris que l'on appelle aussi ectromélie, caractérisée par une chute de doigts et de la queue ainsi qu'un gonflement de la face.
  • Une dépilation d'origine nutritionnelle que l'on rencontre lors de carences en biotine.

Affections respiratoires

  • Mycoplasmose, caractérisée par une rhinite suppurative, des pneumonies chroniques et des otites moyennes.
  • Pneumonie à virus "Sendaï", mortelle chez les bébés souris âgés de moins de 12 jours.

Affection digestives

  • On peut rencontrer trois types de diarrhée:

    -La première est d'origine virale. Il s'agit généralement du virus de l'hépatite de la souris mais qui peut être mortelle sur les souriceaux nouveau-nés.

    -La deuxième est d'origine bactérienne (salmonellose ou colibacillose).

    -La troisième est d'origine parasitaire. Il peut y avoir plusieurs parasites tels que les protozoaires, les nématodes ou encore des cestodes.

Chez la souris il existe encore une autre maladie digestive que l'on appelle la maladie de Tyzzer. Cette maladie touche principalement les intestins et le foie.

Autres affections

  • Il existe une maladie dont le nom scientifique est chorioméningite lymphocytaire qui est transmissible à l'homme.
  • Conjonctivites d'origine bactériennes.
  • Abcès et tumeurs mammaires.
  • Chez la souris mâle, il faut faire attention aux glandes préputiales et aux glandes bulbo-urétales qui peuvent s'infecter et qui peuvent entraîner une formation de bouchons muqueux qui obstruent l'urètre.

Les zoonoses

  • salmonellose
  • chorioméningite lymphocytaire
  • parasites gastro-intestinaux (ténias)
Publié dans Rongeurs
lundi, 04 juillet 2011 11:36

La classification des reptiles

  1. Serpents
  2. Lézards
  3. Crocodiles
  4. Tortues
  5. Ordres fossiles
  6. Reptiles fossiles

Reptile n. m.

Déf: Classe de vertébrés aériens à température variable, issue des amphibiens et à l'origine des oiseaux et des mammifères.


Reptile. - Lépidosauriens, squamates ou saurophidiens. - Anapsides, diapsides. - Fossiles : archosauriens, euryapsides, ichtyosaures, synapsides.

L'ordre des serpents (ophidiens)

Retour en haut

Serpent, serpenteau. - Serpents ou ophidiens ; boïdés, colubridés, cænophidiens, élapidés, hénophidiens, scolécophidiens, typhlopidés, vipéridés.

ammodyte, anaconda ou eunecte, ancistrodon ou mocassin, aspic ou serpent de Cléopâtre, bitis, boa, boa constrictor, bongare ou krait, boomslang, bothrops (ou fer-de-lance, trigonocéphale), cobra (ou naja cracheur), coronelle, couleuvre, couleuvreau, crotale ou serpent à sonnette, diamantin, esculape, hamadryade ou cobra royal d'Asie, hétérodon, lachesis, mamba, molure, pélamide, péliade ou bérus, python, serpent corail, vipère, vipère à cornes ou céraste, vipereau, zamenis

L'ordre des lézards (sauriens)

Retour en haut

Lézard. - Agamidés, caméléontidés ou chamæléonidés, cordylidés, geckonidés, iguanidés, iguaniens ou iguanoïdes, lacertidés, lacertiliens ou sauriens, scincidés, scincomorphes, téjidés ou téiidés, varanidés. - Anguidés, anguimorphes, gerrhonotidés.

acanthodactyle, agame, algiroïde, ameive, amphibolure, amphisbène, anolis, calote, caméléon, cyclure, dragon de Komodo, dragon volant, fouette-queue, gecko, gymnodactyle, hattéria, héloderme, iguane, lézard, liolème, margouillat, moloch, ophisaure, orvet ou serpent de verre psammodrome, scinque, seps, stellion, téju ou tupinambis, tokay, varan, zonure,

L'ordre des crocodiliens

Retour en haut

Crocodiliens, crocodilidés, eusuchiens, gavialidés.

Alligator, caïman, crocodile, gavial, jacaré.

L'ordre des tortues (chénoliens)

Retour en haut

Athèques, chéloniens, cryptodires, émydidés, pleurodires.

Espèces de tortues. - Caouane, caret, chélydre, cistude, malaclemys ou tortue diamantée, matamata, podocnemis, tortue, tortue-luth.

Les fossiles

Retour en haut

anomodontes, bauriamorphes, cératopsiens, cœlurosaures, cotylosauriens, cynodontes, diadectomorphes, dinocéphales ou tapinocéphales, dinosaures ou dinosauriens, eosuchiens, mésosuchiens, ornithischiens ou avipelviens, ornithopodes, phytosauriens, placodontes, plésiosauridés, prosauropodes, protosuchiens, pseudosuchiens, ptérosauriens, sauripelviens ou saurischiens, sauropodes, sphénacodontes, stégosaures, thériodontes, thérocéphales, théromorphes ou pélycosauriens, théropodes, tritylodontes

Les reptiles fossiles

Retour en haut

Brachiosaure, brontosaure, camarasaure, camptosaure, cœlurosaure, cynodonte, dicynodonte, dimétrodon, diplodocus, docodonte, hadrosaure, hypsilophodon, ichtyosaure, iguanodon, mésosaurien, nodosaure, nothosaurien, paréiasaure, plésiosaure, pliosaure, ptéranodon, ptérodactyle, rhamphorhynque, stégosaure, titanosuchiens, tricératops, typhlopidé, tyrannosaure.

 

Publié dans Reptiles
jeudi, 30 septembre 2010 06:16

Rats

  1. Classification
  2. Particularités biologiques et physiologiques
  3. Conditions d'entretien
  4. Dominantes pathologiques

Classification

Retour en haut

Classe:

Mammifères

Ordre:

Rongeurs

Sous-ordre:

Sciurognathes

Famille:

Muridés

Sous-famille:

Murinés

Genre:

Rattus

Espèce:

norvegicus

Nom commun:

rat de compagnie, rat domestique

 

Particularités biologiques et physiologiques

Retour en haut

Caractères anatomiques et morphologiques

  • Poids adulte du mâle: 450-500g.
  • Poids adulte de la femelle: 250-300g.
  • Longueur totale: 35-50 cm.
  • Longueur de la queue: 17-23 cm.
  • Formule dentaire:

Mâchoire supérieure

1 0 0 3

.

I C PM M

Mâchoire inférieure

1 0 0 3

Le rat a 4 doigts aux membres antérieurs et 5 doigts aux membres postérieurs.

Paramètres biologiques

  • Le rat a une activité mixte mais surtout crépusculaire et nocturne. Il est actif toute l'année. Il est capable de ronger des matériaux très durs. A l'état sauvage le rat fait des terriers à plusieurs entrées dans les berges des cours d'eau.
  • Le système social du rat est fait de groupes familiaux hiérarchisés.
  • En hiver le rat n'hiberne pas.
  • Il vit 2 à 3 ans et a une températue corporelle de 36-37.5°C.

Physiologie de la reproduction

Le mâle et la femelle sont sexuellement matures à 60 jours et la saison sexuelle dure toute l'année.
Le cycle de la femelle dure 4-5 jours, son ovulation est spontanée.
La gestation est de 20-23 jours. Il peut y avoir 6-12 petits par portée et la femelle peut avoir 4-5 portées par an.
A la naissance, les bébés ont les yeux fermés puis ils les ouvrent à l'âge de 13-15 jours. Ils pèsent 5-6g. Il faut sevrer les petits à l'âge de 21 jours. Juste après la naissance, il faudrait éviter de toucher la femelle car, elle pourrait manger ses rejetons.
Attention il faudrait séparer les parents avant la naissance sinon en moins de 12 heures après celle-ci le couple serait déjà capable de se reproduire.

Conditions d'entretien

Retour en haut

Alimentation

  • Le rat est un rongeur omnivore qui consomme 30-40g de nourriture par jour.
  • Un mélange complet pour rongeur du commerce avec 20-27 % de protéine lui convient.
  • On peut aussi lui donner une ration de ménage avec des graines, des légumes verts, des carottes, des pommes, du pain complet, et un peu de viande; mais attention le rat a une prédisposition à l'obésité, il faut limiter sa ration.

Milieu de vie

  • Sa cage doit être spacieuse 50x30x20 cm soit 1500cm2 au sol. Comme litière la litière de chanvre, evt. des copeaux de hêtre lui convient très bien. La litière devrait être changée deux fois par semaine.
  • Idéalement il devrait être installé dans une pièce où la température ambiante est de 18-26°C et le pourcentage de l'hygrométrie doit être entre 40-70%.

Contention

Pour tenir correctement un rat il faut le maintenir avec une main sur la peau entre les oreilles et l'autre main à la base de la queue. Eviter l'extrémité de la queue qui risque de se retrouver entre les doigts.

Dominantes pathologiques

Retour en haut

Affections respiratoires

Les affections respiratoires d'origine infectieuse représentent les troubles les plus fréquents chez le rat. Deux syndromes cliniques majeurs peuvent se rencontrer:

La maladie respiratoire chronique

  • Elle est due à un virus appelé mycoplasma pulmonis dont le pouvoir pathogène est amplifié en présence d'un second virus appelé le virus Sendaï ou encore du virus syncitial respiratoire.
  • Les signes cliniques sont évocateurs: dyspnée intensifiée par l'effort, perte de poids, jetage (sécrétion s'écoulant du nez d'animaux), saignement du nez.
  • L'évolution de la maladie ne dépasse pas 2-3 ans. Un certain nombre de facteurs favorisent son développement: un taux d'amoniac trop élevé (le taux d'amoniac devrait être inférieur à 10ppm) et une prédisposition génétique, manque de vitamines A et E, puis la présence du virus Sendaï et celle du virus syncitial respiratoire.
  • Généralement le traitement que fera le vétérinaire n'élimine pas complétement l'agent pathogène, il devra donc être renouvelé.

La pneumonie

Elle est due au streptocoque. Son apparition est brutale et grave, les morts soudaines sont fréquentes. Les adultes présentent une dyspnée, une respiration abdominale et un jetage purulent qui souille les narines et les pattes. Outre les streptocoques il existe un deuxième agent causal en cas d'immunodépression (tumeur, diabète, carences nutritionnelles) il s'agit de "corynebacterium kutscheri". Le diagnostic repose sur les signes cliniques tel l'identification du germe par une culture.

Affections tumorales

Les conséquences des tumeurs varient selon l'âge, le sexe, l'alimentation, l'état général et dépendent de facteurs endocriniens et environnementaux.
Epidémiologique
  • Tumeurs mammaires entre 12 et 24 mois
  • Tumeurs hémato-lymphopoïétiques après 2 ans
  • Tumeurs ovariennes et testiculaires peu fréquentes, à l'exception des tumeurs de la glande de Leydig chez le rat.

Facteurs favorisants
  • Maladies et processus de dégénération associé à une croissance rapide et un poids plus élevé.
  • L'isolement favorise le développement des tumeurs chez les rongeurs.
  • La teneur excessive en calcium et en phosphore mais déficitaire en magnésium des régimes commerciaux pour rongeurs feraient indirectement apparaître une affection tumorale urinaire.
  • Des infections chroniques d'origine virale ou bactérienne favoriseraient le développement des tumeurs chez les rongeurs des tissus hémato-lymphopoïétiques.

Tumeurs fréquentes chez le mâle
  • Les mâles ont surtout des tumeurs des glandes endocrines
  • Tumeurs de l'hypophyse.
  • Tumeurs mammaires qui sont fréquentes chez le mâle et elles sont morphologiquement identiques à celles observées chez la femelle.
  • Tumeurs de la glande de Leydig qui sont fréquentes surtout avec l'âge, bilatérales, et dans 90% des cas bégnines.

Tumeurs fréquentes chez la femelle
  • La fréquence tumorale est supérieure chez la femelle:
  • Fibro-adénomes mammaires.
  • Polypes utérins peuvent être parfois à l'origine d'hémorragies vaginales.
  • Adénomes hypophysaires qui peuvent être favorisés par une alimentation trop riches en protéines, non sécrétant et bien circonscrits, ils peuvent exercer une compression intracrânienne avec troubles nerveux et parfois respiratoires.

Les tumeurs mammaires
  • La croissance des mammelles est dépendante des hormones: développement croissant au terme de plusieurs cycles, puis une régression sénile au cours de la deuxième année.
  • Les tumeurs mammaires sont de trois types différents:
  • Les lésions d'hyperplasie lobulaire qui sont fréquentes. Leur diamètre peut atteindre 8-10 centimètres. Ce sont des signes précurseurs de tumeurs mammaires.
  • Les tumeurs fibro-épithéliales ou fibro-adénomes sont également fréquentes (26%) en particulier chez les Sprague Dawley. Elles sont bien délimitées, fermes, de forme ovale ou ronde, bégnines.
  • Les adénocarcinomes sont rares (10%). Il sont caractérisés par des lésions hémorragiques, ulcératives et nécrotiques.
  • En raison de la très grande extension du tissu mammaire, les tumeurs mammaires peuvent être observées dans pratiquement n'importe quel territoire sous-cutané.
  • L'ablation chirurgicale rend le prognostic bon si la tumeur est bégnine. La prévalence des tumeurs mammaires est plus faible chez les femelles stérilisées. Les récidives de fibro-adénome sont néamoins fréquentes.

Les tumeurs communes aux deux sexes
  • Un certain nombre de tumeurs affectent mâles et femelles.
  • Tumeurs cutanées: fibromes, fibrosacromes et lymphomes.
  • Tumeurs du système hémato-poïétique: lymphomes malins, leucémies myéloïdes, histiosarcomes, fibrosarcomes.
  • Tumeurs thyroïdiennes: adénomes.Tumeurs du système nerveux périphérique: elles ne sont le plus souvent que des découvertes histologiques.

Affections cutanées

  • Gales avec dépilation, prurit et croûtes.
  • Pseudogales avec lésions croûteuses localisées.
  • Mycoses avec dépilations arrondies.
  • Dermite ulcérative bactérienne.
  • Gangrène sèche de la queue.

Affections digestives

  • Malocclusion incisive.
  • Sialodacryoadénite d'origine virale.

Affections urinaires

  • Néphrite chronique.

Affections oculaires

  • Chromodacryorrhée ou larmes rouges

Zoonoses

  • Mycoses.
  • Taenia.
  • Chorioméningite lymphocytaire.
Publié dans Rongeurs
jeudi, 30 septembre 2010 06:18

Les Perroquets

  1. Psittacidés granivores (et frugivores)
  2. Classification
  3. Législation
  4. Particularités biologiques et physiologiques
  5. Remarque
 

Psittacidés granivores (et frugivores)

Retour en haut

Les perroquets, oiseaux particulièrement intelligents, ont un psychisme très développé. Ils peuvent présenter des troubles comportementaux fréquents : picage névrotique, automutilation, émission de cris perçants, répétitifs, phénomènes exagérés d’imprégnation, de dominance ou d’agressivité (morsures) vis-à-vis de certaines personnes. La réponse à ces troubles est complexe. Elle demande beaucoup de patience et de douceur.

En Suisse la détention des aras et des cacatoès est réglementée. Il faut être titulaire d’une autorisation de détention demandée auprès du service du vétérinaire cantonal, et la taille des enclos est également réglementée. Tout ceci fait suite à la modification de l’ordonnance de la protection des animaux.

Vous trouverez toute les informations nécessaires à cette nouvelle réglementation sur le site web de l’Office Vétérinaire Fédéral (www.bvet.admin.ch) cliquez sur « protection des animaux » puis sur « législation » et finalement sur « modification du 27 juin 2002 ».

 

Classification

Retour en haut

NOM LATIN

NOM COMMUN

Poicephalus senegalus

Perroquet du Sénégal (Youyou)

Eolophus roseicapillus

Cacatoès rosalbin

Psittacus erithacus

Perroquet gris d’Afrique (Jaco)

Amazona aestiva

Amazone à font bleu

Ara chloroptera

Ara chloroptère

Législation

Retour en haut

La législation concernant la détention d’oiseaux tels les aras et les grands cacatoès a changé depuis avril 2002. Vous trouverez les renseignements sur le site.

Particularités biologiques et physiologiques

Retour en haut
 

Perroquet du Sénégal

Perroquet gris d’Afrique

Cacatoès rosalbin

Amazone à front bleu

Ara chloroptère

Origine

Afrique occidentale

Afrique équatoriale

Australie

Amérique du Sud

Amérique centrale, Amérique du Sud

Poids—taille

120-150 g—23-25 cm

360-530 g—30-35 cm

280-380 g—35 cm

350-500g—36-37 cm

1-1.4 Kg—85-90 cm

Longévité

20-30 ans

30-50 ans

20-40 ans

30-60 ans

30-50 ans

Dimorphisme sexuel

Aucun

Aucun

iris de couleur foncée chez le mâle, orangée chez la femelle

Aucun

Aucun

Maturité sexuelle

2-4 ans

3-6 ans

2-4 ans

3-6 ans

3-6ans

Ponte—incubation

3-4 œufs—26-28 jours

2-4 œufs—28-30 jours

2-5 œufs—22-23 jours

2-4 œufs—26-28 jours

2-3 œufs—25-27 jours

Envol des jeunes

85 jours

85-90 jours

50 jours

63-65 jours

90 jours

Espèces voisines

Perroquet de Jardine (poicephalus gulielmi),

Perroquet de Meyer (poicephaleus meyen),

Perroquet robuste (poicephalus robustus),

Perroquet du Rüppel (poicephalus ruppellii)

Perroquet timneh (psittacus erithacus timneh)

Au plumage plus sombre, queue vinaigre, taille réduite

petit c. à huppe jaune

(Cacatua sulphurea),

grand c. à huppe jaune

(C. galerita),

c. des Moluques

(C. moluccensis)

a. à front blanc (A. albifrons),

a. à front jaune (A. ochrocephala),

a.      à lores orangées

(A. autumnalis), a. meunier

(A. farinosa)

a. ararauna

(A.ararauna),

a. hyacinthe

(anadorhynctus hyacinthinus),

a. macao

(A. macao),

a. militaire

(A. militaris),

a. sévère

(A. severa)

Remarque

Retour en haut

Le perroquet gris d’Afrique change la couleur de son oeil avec l’âge. Il passe d’iris gris bleuté, à jaune.

Publié dans Oiseaux
jeudi, 30 septembre 2010 06:26

Le Lapin

  1. Classification
  2. Particularités biologiques et physiologiques
  3. Conditions d'entretien

Les origines

lapinLapin

 

Ses origines et les différentes variétés ont déjà été décrites lors d'un conseil du mois : en avril 2000 : http://www.aufuret.ch/conseil/0400.htm

Pourquoi castrer et stériliser les lapins ?

  • Les lapins stérilisés sont en meilleure santé et vivent plus longtemps que les lapins non stérilisés.
  • Les lapins stérilisés font de meilleurs compagnons.
  • Suppression des comportements éprouvants.
  • Les lapins stérilisés ne contribuent pas au problème de la surpopulation des lapins.
  • Les lapins stérilisés peuvent avoir des amis pour jouer en toute sécurité.
  • Les lapines stérilisées n'ont plus de risque d'endométrite.
  • La castration et la stérilisation des lapins sont devenue une intervention sûre quand elle est réalisée par un vétérinaire spécialiste des lapins.

Classification

Retour en haut
Classe Mammifères
Ordre Lagomorphes
Famille Léporidés
Genre Oryctolagus
Espèces

Oryctolagus cuniculis (lapin domestique ou lapin de Garenne ou lapin européen )

Oryctolagus sylvilagus (lapin américain)

 

Le lapin n'est pas un rongeur car il n'a pas le même nombre d'incisives supérieures et n'a pas le même nombre de doigts !

Particularités biologiques et physiologiques

Retour en haut

L'espérance de vie du lapin est comprise entre 6 et 10 ans ; le record de longévité est de 15 ans. Sa température varie entre 38.2 et 39.4 °C. Il est normal que le cœur du lapin batte vite, en moyenne à 270 battements/min. Il mange de petites quantités en 2-3 fois par jour. Il pratique la cæcotrophie (réingurgitation des crottes molles et de couleur claire pour une meilleure absorption de vitamines). L'urine des lapins a une odeur naturellement forte. La gamme de couleur est vaste et elle peut passer d'une couleur trouble, blanc jaune à brun ou orange et parfois rouge-brun.

 

La formule dentaire se compose ainsi :

 

Incisives

Canines

Prémolaires

Molaires

Mâchoire sup.

2

0

3

3

Mâchoire inf.

1

0

2

3

 

En ce qui concerne la reproduction les mâles atteignent la puberté entre 5 et 7 mois. Leurs testicules sont mobiles. Les femelles sont pubères entre 4 et 8 mois, leurs utérus ont 2 cornes. La saison sexuelle dure toute l'année. La gestation est de 30-32 jours. Les lapines naines peuvent avoir de 2 à 5 petits par portée et les lapines dites de grandes races peuvent avoir jusqu'à 10 petits par portée. Pour nourrir tout ce petit monde elles disposent de 4 paires de mamelles.

Conditions d'entretien

Retour en haut

Entretien

Le lapin selon la loi suisse doit vivre à 2 ou plusieurs. L'idéal est d'avoir un couple mâle castré - femelle. Si l'on choisit d'adopter 2 lapins du même sexe, les prendre de la même portée. Il peut souvent cohabiter avec d'autres animaux (cochon d'Inde, chats).

Il marque son territoire en se frottant le chanfrein ou le menton sur les meubles. Pour une bonne vie, la cage du lapin doit être située dans un milieu calme dont la température ambiante oscille entre 18°C et 20°C. Le lapin est sensible aux modifications de son environnement. Il peut soit rester dans une cage adaptée soit être en liberté.

Comme litière on peut utiliser du foin, de la paille, des copeaux d'écorce de bois ou de la litière qu'on trouve dans le commerce. Elle doit simplement rester sèche et être changée une à deux fois par semaine. On peut ajouter dans la caisse des morceaux de bois ou des branches pour l'usure des dents.

Alimentation

Le lapin est un herbivore ; son alimentation doit se composer à 70% de foin, qui use les dents et favorise une bonne digestion. Il faut absolument que le lapin en aie à volonté.

La verdure doit être donnée tous les jours (environ 8% du poids du lapin). Préférer les feuillages vert foncé qui liment mieux les dents.

Exemples de légumes que l'on peut donner: basilic, céleri branche, estragon, feuilles de radis et de navet, thym, fanes de carotte, endives, pissenlit, carottes, poivron, salades feuille de chêne.

Les fruits et friandises sont à donner au maximum 1 à 2 fois par semaine. Les granulés pour lapins doivent être rationnés et en aucun cas donnés à volonté.

Il ne faut pas lui donner à manger :

          - sucreries

          - chocolat

          - bonbons

          - oignon

          - pomme de terre

          - bouton d'or

          - digitale

          - colchique

          - coquelicot

          et les plantes d'intérieur.

 

Pour la boisson il faut une eau propre, renouvelée tous les jours.

 

CONTENTION

La meilleur façon de le saisir c'est de le prendre fermement par la peau des épaules ou du dos. Ce qu'il ne faut pas faire c'est de le prendre par les oreilles ou par les pattes arrières. Pour les sujets plus nerveux on peut les envelopper dans un linge. Les lapins de petite taille peuvent être tenus par nos deux mains sous l'abdomen. Pour le transport on place le lapin sur son avant-bras.

Publié dans Lapins
jeudi, 30 septembre 2010 06:27

Le Hamster

  1. Classification
  2. Particularités biologiques et physiologiques
  3. Conditions d'entretien
  4. Dominantes pathologiques

Classification

Retour en haut
 

Classe:

Mammifères

Ordre:

Rongeurs

Sous-ordre:

Sciurognathes (Wilson et Reeder) ou myomorphes

Famille:

Muridés

Sous-famille:

Murinés

Genre:

Mesocricetus

Espèce:

auratus

Nom commun:

hamster de Syrie, hamster doré

 

Particularités biologiques et physiologiques

Retour en haut

Caractères anatomiques et morphologiques

  • Poids adulte mâle: 85-150 g.
  • Poids adulte femelle: 95-130 g.
  • Longueur du corps: 15-17 cm
  • Longueur de la queue: 1.2cm
  • Formule dentaire:

Mâchoire supérieure

1 0 0 3

.

I C PM M

Mâchoire inférieure

1 0 0 3
4 doigts aux membres antérieurs et 5 doigts aux membres postérieurs

Paramètres biologiques

  • Mode de vie: Le hamster est actif la nuit. Dans la nature il creuse de profonds terriers et fait des réserves parfois considérables.
  • Système social: le hamster est solitaire, les mâles et les femelles ont leur propre terrier. Entre eux à l'âge adulte ils peuvent être agressifs, il convient donc de les séparer.
  • Les hamsters hibernent de novembre à mars.
  • Ils vivent 2-3 ans et leur température est de 37-38°C

Physiologie de la reproduction

  • Les hamsters sont sexuellement matures entre 60 et 65 jours pour les mâles et entre 40 et 45 jours pour les femelles.
  • La saison sexuelle est de mai à septembre. La femelle hamster a une ovulation spontanée et porte ses bébés durant 15-16 jours.
  • Il faut isoler la maman pendant la gestation et la mise bas car chez les hamsters le cannibalisme est fréquent.
  • Les petits à la naissance ont les yeux fermés et les ouvrent à 15 jours. Ils pèsent 1.5-2 g. La femelle peut en avoir en moyenne 5-9 et elle peut avoir 8-10 portées par année.
  • Il faut sevrer les bébés entre 20-25 jours.
  • Les hamsters peuvent reproduire jusqu'à l'âge de 10-12 mois.

Conditions d'entretien

Retour en haut

Milieu de vie

  • La cage pour être idéale serait de 50x30x30 cm soit 1'500 cm2 au sol avec des barreaux horizontaux.
  • A l'intérieur on utilise comme litière des copeaux de sapin ou de la sciure de bois sur du papier.
  • Elle devrait être renouvelée 1-2 fois par semaine. Les accessoires pour ravir le hamster sont un biberon vertical pour la boisson, une roue, une échelle, des tuyaux en galerie, et des branchages.
  • Pour que le hamster soit au mieux la température doit être entre 21-25°C, l'humidité entre 30-70% et la durée d'éclairement doit être de 12 heures.

Alimentation

  • Le hamster est un rongeur omnivore.
  • Il lui faut un mélange complet industriel ou pellets pour hamster à 16% de protéines et 4-5% de matière grasse ou une ration ménagère avec: graines, flocons d'avoine, pain dur, légumes, fruits frais, protéines animales (lait, oeuf dur, viande).
  • Si vous posséder des hamsters nains il faut privilégier comme nourriture les graines pour oiseaux (perruches ondulées, canaris)
  • Les hamsters ont tendance à l'obésité il faut donner 10-15 g de nourriture par animal adulte et s'y tenir.

Contention

On peut se trouver dans deux situtations:

- Le hamster est calme et souvent manipulé: le geste adéquat consiste à enserrer l'abdomen entre le pouce et l'index et à poser le hamster sur le plat de l'autre main. On peut aussi l'attraper avec les deux mains jointes en creux.

- Le hamster est aggressif: on l'enveloppe dans un linge ou on l'attrape à l'aide d'une boîte vide.

Eviter de le prendre par la peau du cou.

Dominantes pathologiques

Retour en haut

Affections cutanées

  • -Dermatoses parasitaires:
  • La démodécie est l'acariose la plus fréquente du hamster. Une perte de poils diffuse ou localisée doit toujours faire suspecter une origine parasitaire. Le vétérinaire confirmera le diagnostic par l'observation au microscope des grattages cutanés. Ce parasite est fréquent chez le hamster âgé ou immunodéprimé (souffrant de Cushing ou d'un lymphome).
  • Les puces sont rares, c'est une infestation provoquée par la puce du chat.
  • Les mycoses sont également rares.

Dermatoses bactériennes

Les dermatoses bactériennes proviennent de plaies par morsures entre mâles, de dermites suintantes lors d'obésité ou de mauvaises conditions d'hygiène, de surinfections de morsures ou d'ectoparasites ou finalement d'un abcès mais c'est rare.

Dermatoses endocriniennes

  • Le syndrome de Cushing se développe chez les sujets âgés par une hyperplasie des glandes surrénales. Les signes cliniques sont une perte de poils extensive, une prise de boisson augmentée et une miction plus fréquente, la peau de l'animal subit une hyperpigmentation, un abdomen pendant.
  • Il n'y a malheureusement pas de traitement!

Dermatoses diverses

D'autres types d'affections sont observées chez le hamster:

  • L'obstruction des poches des abajoues par des corps étrangers ou par un excès de nourriture.
  • Inflammation ou adénome de la glande du flanc.
  • Le hamster de Syrie possède sur chaque flanc une glande de marquage du territoire, hyperpigmentée chez les mâles.

Tumeurs cutanées

  • Deux types de tumeurs affectent le hamster:
  • Les mélanomes sont les plus fréquents.
  • Les lymphomes T épithéliotropes dont le signe clinique est la présence de nodules disséminés avec une tendance ulcérative et prurigineuse.

Affections digestives

  • Malocclusion incisive d'origine génétique.
  • Iléite proliférative (maladie de la queue mouillée) est due à Lawsonia intracellularis. Elle touche surtout de jeunes sujet âgés de 3 à 10 semaines. Le taux de mortalité pour cette maladie est élevé.
  • Autres entéropathies d'origine bactérienne: la maladie de Tyzzer, l'entérotoxémie, la salmonellose, et la colibacillose.
  • Entérites d'origine parasitaire.
  • Entérites d'origine iatrogène principalement suite aux antibiotiques du groupe des B-lactamines, mais tous les antibiotiques sont potentiellement toxiques. Ils favorisent le développement de Clostridium difficile.

Affections respiratoires

  • Rhinite: jetage nasal séreux ou purulent, associé à un écoulement oculaire.
  • Pneumonie: c'est un mauvais prognostic.
  • Agents infectieux: streptococcus pneumoniae, pasteurella, virus Sendaï

Affections de la reproduction

  • Métrite: lors de cette infection il y a un écoulement vaginal purulant et persistant. Il ne faut pas le confondre avec l'écoulement visqueux post-oestral qui dure une journée et qui réapparaît tous les quatre jours.
  • Avortements: Ils peuvent avoir trois causes: un stress environnemental, une portée trop nombreuse, ou une cause infectieuse.
Publié dans Rongeurs

Cabinet vétérinaire Aufuret

Médecin vétérinaire. 
Danielle Perrin Frei
Chemin du Chêne 1
1112 Echichens
VD Morges Suisse


Tél. 021 811 55 11
Fax 021 811 55 12
vCard

 

 

Itinéraire Google Maps

 

Rejoignez-nous sur la page Facebook du cabinet!

La messagerie électronique est réservée à la clientèle du cabinet , ainsi que pour tous les propriétaires de furet. Merci de votre compréhension!
E-mail:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En cas d'urgence hors des heures de consultation, veuillez appeler le numéro du cabinet
021 811 55 11 pour prendre un rendez-vous auprès d'un vétérinaire.
Aucun conseil ne sera donné dans ces cas-là par téléphone!

 

mercredi, 25 avril 2012 12:36

Que veut dire NAC précisément ?

Les NAC = Nouveaux animaux de compagnie.

Cette abréviation, inventée il y a environ 25 ans par un vétérinaire de Lyon, englobe tous les animaux de compagnie qui ne sont pas chiens ou chats. Donc aussi bien les lapins que les iguanes ou les perroquets. En résumé, on trouve dans ce groupe les petits mammifères, lapins, rongeurs, furets ainsi que les reptiles, oiseaux, poissons, batraciens, arachnidés, insectes, etc.

Les rongeurs sont donc aussi des NAC, ils regroupent les cochons d’Inde/cobayes, chinchillas, rats, souris, hamsters, gerbilles, degus/octodons, écureuils de corée, chiens de prairie. Le lapin n’est pas un rongeur au sens strict du terme, mais un lagomorphe.

La frontière entre animaux de compagnie et faune sauvage est parfois difficile à poser. Par exemple, notre hérisson local appartient à la faune sauvage indigène et ne peut se détenir sans autorisation cantonale. Puis il y a les hérissons de Madagascar, appartenant à la faune locale, donc exotiques pour nous, mais qui se détiennent comme un NAC dans nos contrées. Autre exemple, le cochon d’Inde également fait partie de nos animaux de compagnie de longue date, mais son seul intérêt comme animal domestique en Amérique latine est d’ordre culinaire.

Ce sont ces différences culturelles et géographiques qui incitent les autorités à ordonner certaines mesures, dont une législation fixe avec des autorisations de détention, selon l’espèce et la taille. Puis, certaines espèces animales se situent sous l’égide des normes CITES, notamment en ce qui concerne le commerce et le passage des frontières.

Voici 2-3 points à garder en tête avant d’adopter ou d’acheter un animal d’origine exotique :

 

  • Vérifier son origine : Ne pas provenir d’un marché noir
  • Ne jamais acheter un animal à l’étranger (en vacances par ex.) et de l’importer en douce. On participe à un marché non contrôlé, de plus on importe plus de tracas qu’un plaisir (illégalité, maladies, coût, mal-être de l’animal, bref, euthanasie fréquente à la fin et amende)
  • Contrôler les autorisations requises, et le matériel requis pour son bien-être
  • Exiger la facture : Toujours à demander et à conserver
  • Finalement, une réflexion à se faire, car selon les animaux, principalement exotiques, il est notoire que des captures intolérables ont lieu, par exemple des destructions massives à la dynamite de coraux pour la capture de certains poissons, ou des captures non réglementées. De plus, des pertes importantes (parfois de 50 à 80%) ont lieu pendant l’acheminement vers le pays où ils seront vendus...

 

Ne participez pas à des trafics douteux d’animaux d’origine incertaine !

Et où est le plaisir de voir un animal qui se laisse mourir de faim dans une cage car capturé à l’état sauvage, même si il est beau ? Il risque de dépérir tellement vite que sa beauté sera très éphémère, à l’inverse du trou dans le porte-monnaie ou du poids sur la conscience.

C’est pourquoi, malgré les « modes » du bizarre, les rongeurs, furets, et autres NAC domestiqués depuis longtemps auront heureusement toujours la faveur du public.

Toutefois, un contrôle vétérinaire avant ou du moins après achat peut être bénéfique pour le contrôle de l’état de santé.

Le site internet de l’Office vétérinaire Fédéral renseigne sur les normes du CITES, des règlements concernant les importations, les détentions, et le commerce en Suisse, les autorisations de détention étant délivrées par les autorités cantonales.

Site OVF : www.bvet.admin.ch
Site du CITES : http://www.cites.org/fra/index.shtml

Tous les animaux de compagnie, du cochon vietnamien au hamster en passant par le gecko appartiennent aux NAC, excepté le chien et le chat.

Publié dans Conseils vétérinaire
Page 1 sur 3

Heures d'ouverture

furet

Matin: 08:00 - 12:00
Après-midi: 14:00 - 19:00
Ouvert 2 samedis matin par mois.

Login Form