Pour animaux de compagnie.
jeudi, 02 avril 2015 14:13

Bienvenue au cabinet vétérinaire

groupe d animaux familiers ensemble

 

La santé et le bien-être de votre animal compagnie sont au centre de nos activités et nous nous efforçons de vous aider à leur trouver un équilibre pour leur offrir les meilleures conditions de vie.

Les chats, chiens et NAC (= nouveaux animaux de compagnie) sont les bienvenus au cabinet. Pour les animaux de rente et chevaux, nous vous orientons vers un vétérinaire rural ou équin.

Nous vous proposons une écoute et aimons vous rendre particulièrement attentifs sur des sujets essentiels de la prévention vétérinaire, comme les vaccinations, les pathologies-type de votre animal, les vermifuges, le choix de l'alimentation, les stérilisations/castrations ainsi que l'éducation de votre compagnon et les renseignements concernant la législation.

Demandez-nous également des conseils pour les conditions de voyage.

NOTRE OFFRE
NOTRE TEAM
VOTRE ANIMAL
Notre offre
La team
Votre animal

Info. changement de personnel

Conseil du mois

Rejoignez-nous sur Facebook
Publié dans Accueil

L’achat ou l’adoption d’un chiot

 

La décision d’acheter ou adopter un chiot ne doit pas être prise sans mûre réflexion. Diverses considérations doivent être pensées, telles que :

  • Le temps et la place à disposition
  • La capacité à prendre en charge l’animal
  • Son propre sens des responsabilités
  • L’accord de toutes les personnes concernées
  • L’avenir professionnel et privé. Une stabilité de vie est nécessaire.
  • Son investissement financier

Du côté du chien, plusieurs critères entrent également en jeu lors de ce choix d’adoption :

  • Sa race et son caractère
  • Son espérance de vie
  • Son ascendance
  • L’éleveur
  • Sa socialisation
  • Son pedigree, sa garantie

Depuis le milieu de cette année, il faut savoir que ne s’improvise pas éleveur qui veut. L’éleveur et son élevage doivent être au bénéfice d’une autorisation. Car, faire naître des chiots et de les élever pendant leurs premières semaines de vie, qui sont les plus importantes et qui façonnent de manière quasi définitive le caractère du chien est une lourde responsabilité qui n’est pas offerte aux non-professionnels.

De plus, la législation impose actuellement certains devoirs de l’éleveur, éliminant du coup les amateurs qui sont plus tentés par le gain financier de la vente que par le sérieux de l’éducation de la portée.

Car une portée représente un travail important de socialisation, d’éducation par l’humain et la chienne Seuls des chiots habitués à des stimulus divers (pétard, coup de feu, trafic, enfants, chiens, personnes âgées ou handicapées, etc.) peuvent se transformer en chien sans problème de comportement. L’agressivité voire la dangerosité d’un chien trouve souvent ses origines dans ses 10 premières semaines de vie.

Il est toutefois clair qu’un chien nécessite de l’éducation bien au-delà de son temps chez l’éleveur et le maître est totalement responsable en cas de problème. 1) Car il a acheté ou choisi ce chien et 2) à cause de son éducation et du contrôle ou non qu’il exerce sur le chien. Nous voyons encore beaucoup trop de maîtres qui n’ont aucune idée sur la manière d’éduquer son compagnon et des erreurs aberrantes entraînant des situations dangereuses.

Donc adopter un chiot doit rester un acte réfléchi, et non un cadeau à faire à quelqu’un, ni sur un coup de tête, un animal n’est pas un bien de consommation que l’on jette lorsqu’on en a assez.
La Société cynologique suisse peut fournir des adresses d’élevage reconnu et au bénéfice d’une autorisation.

Publié dans Conseils vétérinaire

 

Dès le 1er septembre 2008 entre en vigueur en Suisse la nouvelle ordonnance sur la protection des animaux.

Celle-ci est longue à lire dans son ensemble, amis on peut y trier facilement les informations que l’on recherche. Voici par exemple où trouver tout le texte :

http://www.blv.admin.ch

Sous le point « législation ».

 

  • Beaucoup de nouveautés dans le domaine des bovins, ovins, caprins et chevaux sur lesquelles nous ne rentrerons pas dans les détails.
  • Les modifications les plus fréquentes concernent souvent la taille des enclos, des cages et le nombre d’animaux à détenir au minimum. De manière générale, une personne qui détenait des animaux avant l’entrée en vigueur de cette nouvelle ordonnance a 10 ans pour adapter la taille des enclos aux dimensions prescrites. Les personnes qui s’occupent de certaines espèces animales devront suivre une formation dans les 5 ans à venir.
  • Des détails se trouvent en grande quantité, sur les sorties, sur l’habitat, sur l’élevage, etc.
  • Les services vétérinaires cantonaux sont désignés pour faire appliquer la nouvelle législation.

 

Rongeurs et lapins

Les tailles minimales des cages sont prescrites. Et la plupart des rongeurs doivent se détenir en couple au minimum. Toutefois des dérogations sont admises, par exemple en cas de décès ou de perte d’un animal. Des précisions concernant leurs soins sont également amenées.

Furets

Le furet reste malheureusement sauvage, même si toute l’Union européenne le considère domestique. Les dimensions de la cage sont augmentées à 4m2. La détention obligatoire à 2 individus se précise (auparavant, elle était recommandée).

Chiens

Pour les chiens, suite à la pression de la population, certaines choses sont nouvelles.

Les nouveaux détenteurs de chiens doivent fournir une attestation de compétence qui prouve qu’ils ont acquis les connaissances sur la manière de détenir et de traiter les chiens. Un examen théorique et un test pratique font partie de la formation. Ces cours sont encore à mettre sur pied. Les personnes ayant une expérience avec les chiens ne doivent pas remplir ces conditions. Toutefois les tests pratiques restent obligatoires pour tous. Les cours et le nombre d’heures de pratiques sont encore à déterminer et à mettre en place.

Internet

On peut trouver et saluer la mise au point de fiches d’information de certaines espèces animales qui expliquent leurs conditions de détention optimales. On les trouve sur :

www.monanimaljenprendssoin.ch

On peut par contre rester un peu dubitatif sur les nombreuses mesures très détaillées de l’ordonnance qui peuvent nous laisser sur plusieurs réflexions, par exemple, comment appliquer les contrôles, pourquoi imposer certains paramètres, pourquoi le statut du furet domestique n’est-il toujours pas reconnu, etc.

A chacun surtout de connaître ses propres limites, ses responsabilités envers un animal, son sens du devoir et son sens civique, afin de respecter l’animal et son confort. Demander des renseignements avant l’adoption reste un geste obligatoire afin de prévenir des débordements et des pratiques douteuses quant à la qualité de vie de son animal.

Chacun reconnaîtra le bien-fondé d’une protection animale, mais également la nécessité de respecter les autres humains pour garantir une vie harmonieuse pour tous les êtres vivants.

Publié dans Conseils vétérinaire
mercredi, 02 mai 2012 06:33

Adopter un chiot

L’achat ou l’adoption d’un chiot

La décision d’acheter ou adopter un chiot ne doit pas être prise sans mûre réflexion. Diverses considérations doivent être pensées, telles que :

  • Le temps et la place à disposition
  • La capacité à prendre en charge l’animal
  • Son propre sens des responsabilités
  • L’accord de toutes les personnes concernées
  • L’avenir professionnel et privé. Une stabilité de vie est nécessaire.
  • Son investissement financier

Du côté du chien, plusieurs critères entrent également en jeu lors de ce choix d’adoption :

  • Sa race et son caractère
  • Son espérance de vie
  • Son ascendance
  • L’éleveur
  • Sa socialisation
  • Son pedigree, sa garantie

Depuis le milieu de cette année, il faut savoir que ne s’improvise pas éleveur qui veut. L’éleveur et son élevage doivent être au bénéfice d’une autorisation. Car, faire naître des chiots et de les élever pendant leurs premières semaines de vie, qui sont les plus importantes et qui façonnent de manière quasi définitive le caractère du chien est une lourde responsabilité qui n’est pas offerte aux non-professionnels.

De plus, la législation impose actuellement certains devoirs de l’éleveur, éliminant du coup les amateurs qui sont plus tentés par le gain financier de la vente que par le sérieux de l’éducation de la portée.

Car une portée représente un travail important de socialisation, d’éducation par l’humain et la chienne Seuls des chiots habitués à des stimulus divers (pétard, coup de feu, trafic, enfants, chiens, personnes âgées ou handicapées, etc.) peuvent se transformer en chien sans problème de comportement. L’agressivité voire la dangerosité d’un chien trouve souvent ses origines dans ses 10 premières semaines de vie.

Il est toutefois clair qu’un chien nécessite de l’éducation bien au-delà de son temps chez l’éleveur et le maître est totalement responsable en cas de problème. 1) Car il a acheté ou choisi ce chien et 2) à cause de son éducation et du contrôle ou non qu’il exerce sur le chien. Nous voyons encore beaucoup trop de maîtres qui n’ont aucune idée sur la manière d’éduquer son compagnon et des erreurs aberrantes entraînant des situations dangereuses.

Donc adopter un chiot doit rester un acte réfléchi, et non un cadeau à faire à quelqu’un, ni sur un coup de tête, un animal n’est pas un bien de consommation que l’on jette lorsqu’on en a assez.
La Société cynologique suisse peut fournir des adresses d’élevage reconnu et au bénéfice d’une autorisation.

Publié dans Conseils vétérinaire

Heures d'ouverture

furet

Matin: 08:00 - 12:00
Après-midi: 14:00 - 19:00
Ouvert 2 samedis matin par mois.

Login Form