Pour animaux de compagnie.
Danielle Perrin Frei

Danielle Perrin Frei

dirige le cabinet vétérinaire AuFuret. 

Le cabinet vétérinaire été fondé en 1999 sous l'impulsion du Méd-vét. Danielle Perrin Frei. Membre SVS (Société des Vétérinaires Suisses) Membre SVV (Société Vaudoise des Vétérinaires)

samedi, 11 juillet 2015 06:43

Réseaux sociaux vétérinaire

Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Réseaux sociaux sur le cabinet Vétérinaire:

 

Google+

Facebook 

Twitter 

Yelp

Foursquare

jeudi, 02 avril 2015 14:13

Bienvenue au cabinet vétérinaire

groupe d animaux familiers ensemble

 

La santé et le bien-être de votre animal compagnie sont au centre de nos activités et nous nous efforçons de vous aider à leur trouver un équilibre pour leur offrir les meilleures conditions de vie.

Les chats, chiens et NAC (= nouveaux animaux de compagnie) sont les bienvenus au cabinet. Pour les animaux de rente et chevaux, nous vous orientons vers un vétérinaire rural ou équin.

Nous vous proposons une écoute et aimons vous rendre particulièrement attentifs sur des sujets essentiels de la prévention vétérinaire, comme les vaccinations, les pathologies-type de votre animal, les vermifuges, le choix de l'alimentation, les stérilisations/castrations ainsi que l'éducation de votre compagnon et les renseignements concernant la législation.

Demandez-nous également des conseils pour les conditions de voyage.

NOTRE OFFRE
NOTRE TEAM
VOTRE ANIMAL
Notre offre
La team
Votre animal

Info. changement de personnel

Conseil du mois

Rejoignez-nous sur Facebook
mardi, 17 mars 2015 17:11

Animaux

Nos domaines de compétences et notre expérience à votre service.

5 collaboratrices répartis en 16 pools de compétences.

Le cabinet vétérinaire vous propose ses compétences dans l'ensemble des domaines que couvrent les disciplines vétérinaires.

lundi, 28 février 2011 16:34

Les Cris et Bruits d'animaux

Un cri est un bruit caractéristique émis par la voix d'un animal, exemple, le cri de la chouette est le hululement.

Ci-dessous vous trouverez les noms de cris de quelques animaux.

Les cris et bruits d'animaux familiers

Bélier :blatérer. Bœuf, vache : beugler, meugler, mugir. Brebis, mouton : bêler. Chat : miauler, ronronner. Cheval : s'ébrouer, hennir. Chèvre : bégueter, bêler. Chien : aboyer, clabauder, hurler, japper. Chien de chasse : clatir, donner de la voix. Lapin : clapir, couiner. Porc : grogner, grognonner, grouiner.

 

Les cris et bruits d'animaux sauvages

Buffle : beugler, souffler. Cerf, daim : bramer, raire, réer. Chacal : japper. Chameau : blatérer. Crocodile : lamenter, vagir. Éléphant, rhinocéros : baréter, barrir. Grenouille, crapaud : coasser. Lièvre : vagir. Lion : rugir. Loup : hurler. Ours : grogner. Renard : glapir. Sanglier : grommeler. Serpent : siffler. Souris : chicoter, couiner. Tigre : feuler, râler, rauquer.

 

Les cris des oiseaux

Chanter, gazouiller, ramager. Aigle : glatir, trompeter. Alouette : grisoller, tirelirer. Bécasse : crouler. Butor : butir. Caille : carcailler, courailler, courcailler, margauder, margotter. Canard : cancaner, nasiller. Chouette : chuinter, huer, hululer ou ululer. Cigogne : craquer, craqueter, glottorer. Coq : chanter, coqueriquer. Corbeau : croasser. Corneille : babiller, crailler ou grailler. Coucou : coucouler. Cygne : trompeter, siffler. Dindon : glouglouter. Faisan, pintade : criailler. Fauvette, mésange : zinzinuler. Geai : cajoler, jaser. Grue : craquer, craqueter, glapir, trompeter. Hibou : boubouler, huer, hululer ou ululer. Hirondelle : trisser. Hulotte : hôler. Huppe : pupuler. Jars : jargonner. Merle : babiller, flûter, siffler. Milan : huir.

 

Les cris et bruits des insectes

Abeille, mouche : bourdonner. Cigale : craquer, craqueter, striduler. Grillon : grésiller, grésillonner.

lundi, 28 février 2011 15:39

Les algues, classée par type

 

algue n. f.

BOT Végétal inférieur essentiellement aquatique, presque toujours pourvu de chlorophylle.

algues (noms) Algue ; algue d'eau douce, algue marine ; herbe marine, phytoplancton. - Goémon ; varech.

Aérocyste ou sac aérifère, crampon, flotteur ; thalle ; filament, ruban. - Conceptacle, microsporange ; archégone. - Cénocyte ou cœnocyte, gamétange. - Fucoxanthine ou phycophéine, phycoérythrine, phycocyanine ; alginate, algine, leucosine ; salin.

 

Chlorophycées (ou algues vertes) : desmidiales, zygnémales ; cladophorées, confervacées, conjuguées ou zygophycées, protococcacées, siphonées, siphonocladées, volvocacées. - Phéophycées (ou phycoïdées, algues brunes) : fucales, laminariales ; cryptomonadées, cryptophycées, diatomées, dictyotées, eugléniens, fucacées, péridiniées, phéosporées. - Floridées (ou rhodophycées, algues rouges) : céramiales ; bangiacées, cryptonémiacées, gigartinacées, némaliacées, rhodyméniacées. - Xantophycées (ou algues jaunes) ; chrysophycées ou chrysomonadales. - Cyanophycées (ou schizophycées, algues bleues) [anc.].

 

Espèces d'algues

acetabularia, alaria, anabæna, asparagopsis, bryopsis, carragheen, caulerpe, chlamydomonas, chlorelle, chondrus, cladophora, coccolithophore, codium, coralline, cystoseire, diatomite, dictyota, diplopore, fucus, gelidium, girvanelle, goémon, haematococcus, himanthalia, kelp, laminaire, lithothamnium, macrocystis, mougeotia, nemalion, nitella, nostoc ou crachat-de-lune, œdogonium, oscillaire, pediastrum, pleurococcus, porphyra, prochloron, protococcus, rivularia, sargasse, spirogyre, spiruline, stromatolite, tripoli, ulothrix, ulve, varech, vauchérie, volvox, xanthelle, zoochlorelle, zooxanthelle, zygnéma

 

Nori [jap.].

Algologie [vieilli]. - Algoculture ; sudate. - Thalassothérapie.

Algologue [vieilli]. - Goémonier.

jeudi, 30 septembre 2010 06:14

La souris domestique

  1. Origines
  2. Classification
  3. Particularités biologiques et physiologiques
  4. Conditions d'entretien
  5. Dominantes pathologiques
 

Les origines

Retour en haut
On retrouve des traces de souris depuis le néolithique.
  • Elle est originaire de l'Asie et du Proche-Orient et a colonisé l'Europe par voie maritime dès le XVIIème siècle. On l'a alors utilisée comme animal de laboratoire. Sa couleur d'origine est grise. A côté de la souris blanche, on trouve des mutants de couleur: unicolores à marque, noir et feu, chinchilla gris. Il existe aussi des mutants à poil long.

     

Classification

Retour en haut
Classe: Mammifères
Ordre: Rongeurs
Sous-ordre: Sciurognathes (Wilson et Reeder) ou Myomorphes
Famille: Muridés
Sous-famille: Murinés
Genre: Mus
Espèce: Musculus
Nom commun: Souris domestique

 

 

Particularités biologiques et physiologiques

Retour en hautt

Caractères anatomiques et morphologiques

  • poids adulte mâle: 20-40g.
  • poids adulte femelle: 25-40g.
  • longueur totale:14.5-18.5cm
  • longueur de la queue: 7-9.5cm
  • formule dentaire: 16 dents

 

mâchoire supérieure 1 0 0 3
  I C PM M
mâchoire inférieure 1 0 0 3

La souris a 4 doigts aux membres antérieurs et 5 aux membres postérieurs

Paramètres biologiques

  • A l'état sauvage: On peut lui creuser un terrier ou lui faire un nid d'herbe
  • Mode de vie: La souris a plutôt une activité crépusculaire et nocturne et ceci pendant toute l'année
  • Système social: Elles forment de petits groupes familiaux
  • Température corporelle: 36.5-38°C
  • Hibernation naturelle: La souris n'hiberne pas
  • Longévité: La souris peut vivre 2 à 3ans

Physiologie de la reproduction

  • Age de la maturité sexuelle: mâle: 2 mois femelle: 1,5 mois
  • Saison sexuelle: La saison dure toute l'année
  • Durée du cycle: 4-5 jours
  • Type d'ovulation: L'ovulation est spontanée
  • Durée de gestation: 19-21 jours
  • Caractères des nouveau-nés: Ils ouvrent les paupières à 13 jours
  • Nombre de petits par portée: 7-10 petits
  • Nombre de portée par an: 4-8
  • Poids à la naissance: 0.5-1.5g.
  • Age du sevrage: 21et 28 jours
  • Nombre de paires de mamelles: 5 paires

Conditions d'entretien

Retour en haut

Milieu de vie

Cage
  • Elle doit faire au minimum 30x20 soit 600cm2 au sol par souris. A défaut de cage on peut utiliser un grand aquarium. On peut utiliser des copeaux de sapin ou de chanvre comme litière; elle doit être changée toutes les semaines. L'urine de souris dégage une forte odeur, surtout les mâles. Dans la cage on peut ajouter des accessoires tels roue, trapèze et échelle.
  • milieu favorable pour mettre la cage:
  • - température: 19-21°C
  • - humidité de 30-70%
  • - durée d'éclairement: 12 heures
  • - taux d'ammoniac <10ppm
Alimentation
  • La souris est un animal omnivore qui consomme moins de 5g. de nourriture par jour. Il faut lui donner un mélange complet de graines qui contient 20-24% de protéines, ou faire des rations ménagères avec des légumes (salades, carottes, endives), des fruits, des graines, et un peu de viande blanche, des oeufs durs, du fromage, et comme boisson de l'eau à volonté.


Contention

Il faut maintenir la souris avec une main sur la peau entre les oreilles et l'autre main à la base de la queue. Il faut éviter l'extrémité de la queue qui risque de se retrouver entre les doigts.

Dominantes pathologiques

Retour en haut

Affections cutanées

  • Dermatocytoses: dépilations arrondies. Elles peuvent être transmises à l'homme.
  • Gales avec dépilations qui se caractérisent par des croûtes et du prurit (vive démangeaison).
  • Pseudogales avec lésions croûteuses localisées.
  • La variole de la souris que l'on appelle aussi ectromélie, caractérisée par une chute de doigts et de la queue ainsi qu'un gonflement de la face.
  • Une dépilation d'origine nutritionnelle que l'on rencontre lors de carences en biotine.

Affections respiratoires

  • Mycoplasmose, caractérisée par une rhinite suppurative, des pneumonies chroniques et des otites moyennes.
  • Pneumonie à virus "Sendaï", mortelle chez les bébés souris âgés de moins de 12 jours.

Affection digestives

  • On peut rencontrer trois types de diarrhée:

    -La première est d'origine virale. Il s'agit généralement du virus de l'hépatite de la souris mais qui peut être mortelle sur les souriceaux nouveau-nés.

    -La deuxième est d'origine bactérienne (salmonellose ou colibacillose).

    -La troisième est d'origine parasitaire. Il peut y avoir plusieurs parasites tels que les protozoaires, les nématodes ou encore des cestodes.

Chez la souris il existe encore une autre maladie digestive que l'on appelle la maladie de Tyzzer. Cette maladie touche principalement les intestins et le foie.

Autres affections

  • Il existe une maladie dont le nom scientifique est chorioméningite lymphocytaire qui est transmissible à l'homme.
  • Conjonctivites d'origine bactériennes.
  • Abcès et tumeurs mammaires.
  • Chez la souris mâle, il faut faire attention aux glandes préputiales et aux glandes bulbo-urétales qui peuvent s'infecter et qui peuvent entraîner une formation de bouchons muqueux qui obstruent l'urètre.

Les zoonoses

  • salmonellose
  • chorioméningite lymphocytaire
  • parasites gastro-intestinaux (ténias)
lundi, 04 juillet 2011 11:36

La classification des reptiles

  1. Serpents
  2. Lézards
  3. Crocodiles
  4. Tortues
  5. Ordres fossiles
  6. Reptiles fossiles

Reptile n. m.

Déf: Classe de vertébrés aériens à température variable, issue des amphibiens et à l'origine des oiseaux et des mammifères.


Reptile. - Lépidosauriens, squamates ou saurophidiens. - Anapsides, diapsides. - Fossiles : archosauriens, euryapsides, ichtyosaures, synapsides.

L'ordre des serpents (ophidiens)

Retour en haut

Serpent, serpenteau. - Serpents ou ophidiens ; boïdés, colubridés, cænophidiens, élapidés, hénophidiens, scolécophidiens, typhlopidés, vipéridés.

ammodyte, anaconda ou eunecte, ancistrodon ou mocassin, aspic ou serpent de Cléopâtre, bitis, boa, boa constrictor, bongare ou krait, boomslang, bothrops (ou fer-de-lance, trigonocéphale), cobra (ou naja cracheur), coronelle, couleuvre, couleuvreau, crotale ou serpent à sonnette, diamantin, esculape, hamadryade ou cobra royal d'Asie, hétérodon, lachesis, mamba, molure, pélamide, péliade ou bérus, python, serpent corail, vipère, vipère à cornes ou céraste, vipereau, zamenis

L'ordre des lézards (sauriens)

Retour en haut

Lézard. - Agamidés, caméléontidés ou chamæléonidés, cordylidés, geckonidés, iguanidés, iguaniens ou iguanoïdes, lacertidés, lacertiliens ou sauriens, scincidés, scincomorphes, téjidés ou téiidés, varanidés. - Anguidés, anguimorphes, gerrhonotidés.

acanthodactyle, agame, algiroïde, ameive, amphibolure, amphisbène, anolis, calote, caméléon, cyclure, dragon de Komodo, dragon volant, fouette-queue, gecko, gymnodactyle, hattéria, héloderme, iguane, lézard, liolème, margouillat, moloch, ophisaure, orvet ou serpent de verre psammodrome, scinque, seps, stellion, téju ou tupinambis, tokay, varan, zonure,

L'ordre des crocodiliens

Retour en haut

Crocodiliens, crocodilidés, eusuchiens, gavialidés.

Alligator, caïman, crocodile, gavial, jacaré.

L'ordre des tortues (chénoliens)

Retour en haut

Athèques, chéloniens, cryptodires, émydidés, pleurodires.

Espèces de tortues. - Caouane, caret, chélydre, cistude, malaclemys ou tortue diamantée, matamata, podocnemis, tortue, tortue-luth.

Les fossiles

Retour en haut

anomodontes, bauriamorphes, cératopsiens, cœlurosaures, cotylosauriens, cynodontes, diadectomorphes, dinocéphales ou tapinocéphales, dinosaures ou dinosauriens, eosuchiens, mésosuchiens, ornithischiens ou avipelviens, ornithopodes, phytosauriens, placodontes, plésiosauridés, prosauropodes, protosuchiens, pseudosuchiens, ptérosauriens, sauripelviens ou saurischiens, sauropodes, sphénacodontes, stégosaures, thériodontes, thérocéphales, théromorphes ou pélycosauriens, théropodes, tritylodontes

Les reptiles fossiles

Retour en haut

Brachiosaure, brontosaure, camarasaure, camptosaure, cœlurosaure, cynodonte, dicynodonte, dimétrodon, diplodocus, docodonte, hadrosaure, hypsilophodon, ichtyosaure, iguanodon, mésosaurien, nodosaure, nothosaurien, paréiasaure, plésiosaure, pliosaure, ptéranodon, ptérodactyle, rhamphorhynque, stégosaure, titanosuchiens, tricératops, typhlopidé, tyrannosaure.

 

jeudi, 30 septembre 2010 06:16

Rats

  1. Classification
  2. Particularités biologiques et physiologiques
  3. Conditions d'entretien
  4. Dominantes pathologiques

Classification

Retour en haut

Classe:

Mammifères

Ordre:

Rongeurs

Sous-ordre:

Sciurognathes

Famille:

Muridés

Sous-famille:

Murinés

Genre:

Rattus

Espèce:

norvegicus

Nom commun:

rat de compagnie, rat domestique

 

Particularités biologiques et physiologiques

Retour en haut

Caractères anatomiques et morphologiques

  • Poids adulte du mâle: 450-500g.
  • Poids adulte de la femelle: 250-300g.
  • Longueur totale: 35-50 cm.
  • Longueur de la queue: 17-23 cm.
  • Formule dentaire:

Mâchoire supérieure

1 0 0 3

.

I C PM M

Mâchoire inférieure

1 0 0 3

Le rat a 4 doigts aux membres antérieurs et 5 doigts aux membres postérieurs.

Paramètres biologiques

  • Le rat a une activité mixte mais surtout crépusculaire et nocturne. Il est actif toute l'année. Il est capable de ronger des matériaux très durs. A l'état sauvage le rat fait des terriers à plusieurs entrées dans les berges des cours d'eau.
  • Le système social du rat est fait de groupes familiaux hiérarchisés.
  • En hiver le rat n'hiberne pas.
  • Il vit 2 à 3 ans et a une températue corporelle de 36-37.5°C.

Physiologie de la reproduction

Le mâle et la femelle sont sexuellement matures à 60 jours et la saison sexuelle dure toute l'année.
Le cycle de la femelle dure 4-5 jours, son ovulation est spontanée.
La gestation est de 20-23 jours. Il peut y avoir 6-12 petits par portée et la femelle peut avoir 4-5 portées par an.
A la naissance, les bébés ont les yeux fermés puis ils les ouvrent à l'âge de 13-15 jours. Ils pèsent 5-6g. Il faut sevrer les petits à l'âge de 21 jours. Juste après la naissance, il faudrait éviter de toucher la femelle car, elle pourrait manger ses rejetons.
Attention il faudrait séparer les parents avant la naissance sinon en moins de 12 heures après celle-ci le couple serait déjà capable de se reproduire.

Conditions d'entretien

Retour en haut

Alimentation

  • Le rat est un rongeur omnivore qui consomme 30-40g de nourriture par jour.
  • Un mélange complet pour rongeur du commerce avec 20-27 % de protéine lui convient.
  • On peut aussi lui donner une ration de ménage avec des graines, des légumes verts, des carottes, des pommes, du pain complet, et un peu de viande; mais attention le rat a une prédisposition à l'obésité, il faut limiter sa ration.

Milieu de vie

  • Sa cage doit être spacieuse 50x30x20 cm soit 1500cm2 au sol. Comme litière la litière de chanvre, evt. des copeaux de hêtre lui convient très bien. La litière devrait être changée deux fois par semaine.
  • Idéalement il devrait être installé dans une pièce où la température ambiante est de 18-26°C et le pourcentage de l'hygrométrie doit être entre 40-70%.

Contention

Pour tenir correctement un rat il faut le maintenir avec une main sur la peau entre les oreilles et l'autre main à la base de la queue. Eviter l'extrémité de la queue qui risque de se retrouver entre les doigts.

Dominantes pathologiques

Retour en haut

Affections respiratoires

Les affections respiratoires d'origine infectieuse représentent les troubles les plus fréquents chez le rat. Deux syndromes cliniques majeurs peuvent se rencontrer:

La maladie respiratoire chronique

  • Elle est due à un virus appelé mycoplasma pulmonis dont le pouvoir pathogène est amplifié en présence d'un second virus appelé le virus Sendaï ou encore du virus syncitial respiratoire.
  • Les signes cliniques sont évocateurs: dyspnée intensifiée par l'effort, perte de poids, jetage (sécrétion s'écoulant du nez d'animaux), saignement du nez.
  • L'évolution de la maladie ne dépasse pas 2-3 ans. Un certain nombre de facteurs favorisent son développement: un taux d'amoniac trop élevé (le taux d'amoniac devrait être inférieur à 10ppm) et une prédisposition génétique, manque de vitamines A et E, puis la présence du virus Sendaï et celle du virus syncitial respiratoire.
  • Généralement le traitement que fera le vétérinaire n'élimine pas complétement l'agent pathogène, il devra donc être renouvelé.

La pneumonie

Elle est due au streptocoque. Son apparition est brutale et grave, les morts soudaines sont fréquentes. Les adultes présentent une dyspnée, une respiration abdominale et un jetage purulent qui souille les narines et les pattes. Outre les streptocoques il existe un deuxième agent causal en cas d'immunodépression (tumeur, diabète, carences nutritionnelles) il s'agit de "corynebacterium kutscheri". Le diagnostic repose sur les signes cliniques tel l'identification du germe par une culture.

Affections tumorales

Les conséquences des tumeurs varient selon l'âge, le sexe, l'alimentation, l'état général et dépendent de facteurs endocriniens et environnementaux.
Epidémiologique
  • Tumeurs mammaires entre 12 et 24 mois
  • Tumeurs hémato-lymphopoïétiques après 2 ans
  • Tumeurs ovariennes et testiculaires peu fréquentes, à l'exception des tumeurs de la glande de Leydig chez le rat.

Facteurs favorisants
  • Maladies et processus de dégénération associé à une croissance rapide et un poids plus élevé.
  • L'isolement favorise le développement des tumeurs chez les rongeurs.
  • La teneur excessive en calcium et en phosphore mais déficitaire en magnésium des régimes commerciaux pour rongeurs feraient indirectement apparaître une affection tumorale urinaire.
  • Des infections chroniques d'origine virale ou bactérienne favoriseraient le développement des tumeurs chez les rongeurs des tissus hémato-lymphopoïétiques.

Tumeurs fréquentes chez le mâle
  • Les mâles ont surtout des tumeurs des glandes endocrines
  • Tumeurs de l'hypophyse.
  • Tumeurs mammaires qui sont fréquentes chez le mâle et elles sont morphologiquement identiques à celles observées chez la femelle.
  • Tumeurs de la glande de Leydig qui sont fréquentes surtout avec l'âge, bilatérales, et dans 90% des cas bégnines.

Tumeurs fréquentes chez la femelle
  • La fréquence tumorale est supérieure chez la femelle:
  • Fibro-adénomes mammaires.
  • Polypes utérins peuvent être parfois à l'origine d'hémorragies vaginales.
  • Adénomes hypophysaires qui peuvent être favorisés par une alimentation trop riches en protéines, non sécrétant et bien circonscrits, ils peuvent exercer une compression intracrânienne avec troubles nerveux et parfois respiratoires.

Les tumeurs mammaires
  • La croissance des mammelles est dépendante des hormones: développement croissant au terme de plusieurs cycles, puis une régression sénile au cours de la deuxième année.
  • Les tumeurs mammaires sont de trois types différents:
  • Les lésions d'hyperplasie lobulaire qui sont fréquentes. Leur diamètre peut atteindre 8-10 centimètres. Ce sont des signes précurseurs de tumeurs mammaires.
  • Les tumeurs fibro-épithéliales ou fibro-adénomes sont également fréquentes (26%) en particulier chez les Sprague Dawley. Elles sont bien délimitées, fermes, de forme ovale ou ronde, bégnines.
  • Les adénocarcinomes sont rares (10%). Il sont caractérisés par des lésions hémorragiques, ulcératives et nécrotiques.
  • En raison de la très grande extension du tissu mammaire, les tumeurs mammaires peuvent être observées dans pratiquement n'importe quel territoire sous-cutané.
  • L'ablation chirurgicale rend le prognostic bon si la tumeur est bégnine. La prévalence des tumeurs mammaires est plus faible chez les femelles stérilisées. Les récidives de fibro-adénome sont néamoins fréquentes.

Les tumeurs communes aux deux sexes
  • Un certain nombre de tumeurs affectent mâles et femelles.
  • Tumeurs cutanées: fibromes, fibrosacromes et lymphomes.
  • Tumeurs du système hémato-poïétique: lymphomes malins, leucémies myéloïdes, histiosarcomes, fibrosarcomes.
  • Tumeurs thyroïdiennes: adénomes.Tumeurs du système nerveux périphérique: elles ne sont le plus souvent que des découvertes histologiques.

Affections cutanées

  • Gales avec dépilation, prurit et croûtes.
  • Pseudogales avec lésions croûteuses localisées.
  • Mycoses avec dépilations arrondies.
  • Dermite ulcérative bactérienne.
  • Gangrène sèche de la queue.

Affections digestives

  • Malocclusion incisive.
  • Sialodacryoadénite d'origine virale.

Affections urinaires

  • Néphrite chronique.

Affections oculaires

  • Chromodacryorrhée ou larmes rouges

Zoonoses

  • Mycoses.
  • Taenia.
  • Chorioméningite lymphocytaire.
lundi, 04 juillet 2011 11:36

La classification des poissons

Poisson.- Ichtyologie

Retour en haut

Chondrichthyens ; raie ou hypotrème (dasyatidé, mobulidé, myliobatidé, pristidé, rajidé, rhinobatidé), requin ou pleurotrème (carcharhinidé, cétorhinidé, hétérodonte, hexanchiforme, isuridé, odontaspidé, orectolobidé, pristiophoridé, rhincodontidé, scyliorhinidé, scymnorhinidé, sphyrinidé, squalidé, squatinidé).

Ostéichtyens ; chondrostéen (acipenséridé, polyodontidé), crossoptérygien (actinistien, rhipidistien), dipneuste, holostéen (amiidé, lépisostéidé, polytéridé), téléostéen (acanthuridé, ammodytidé, anabantidé, anguillidé, athérinidé, bélonidé, blennidé, bothidé, carangidé, centrarchidé, cépolidé, cératiidé, characidé, chétodontidé, cichlidé, clupéidé, cobitidé, cottidé, cyprinidé, cyprinodontidé, dactyloptéridé, échénéidé, élopidé, engraulidé, ésocidé, exocétidé, gadidé, gastérostéidé, gobiésocidé, gobiidé, gymnotidé, istiophoridé, labridé, lophiidé, molidé, mormyridé, mugilidé ou mullidé, murénidé, ophidiidé, ostéoglossidé, ostracionidé, pégasidé, percidé, pleuronectidé, polynémidé, pomacentridé, salmonidé, sciénidé, scombrésocidé, scombridé, scorpénidé, serranidé, siluridé, soléidé, sparidé, sphyrénidé, stomiatidé, syngnathidé, tétraodontidé, trachinidé, triglidé, zéidé).

Ordres fossiles. - Ostracodermes. - Placodermes (antiarches, arthrodires, holocéphales, ichtyotomes, protosélaciens).

 



Poissons d'eau douce

Retour en haut

able, ablette, apron, aspe, barbeau, blageon (ou soffie, soufie), bondelle, bouvière, brème, brochet, cagnotte, calamoichthys, carassin, carpe, chaboisseau, corégone, épinoche ou cordonnier, épinochette, gardon, glane, goujon, grémille ou perche goujonnière, hémichromis, hotu ou nase, ide ou mélanote, lavaret, loche ou barbote, omble, ombre, orfe, palée, perche, perche arc-en-ciel, perche black-bass (ou perche noire, perche truitée), périophthalme, poisson-chat ou silure, poisson rouge (ou carassin, cyprin), queue-de-voile, rotangle, sandre ou perche-brochet, tanche, toxotes, scalaire, truite, uegitglanis, vairon, vandoise

 

Poissons de mer

Retour en haut

aiglefin (ou aigrefin, cabillaud, églefin), ânon, albacore (ou germon, thon blanc), alose, allache, amphisile, anchois, antennaire, athérine, badèche, balaou, banane de mer, bar ou loup, barbue, barracuda ou bécune, baudroie, bécasse de mer ou trompette de mer, bigoula, blennie ou baveuse, bogue, bonite ou thon, bonite à dos rayé ou pélamide, bourgette ou buhotte, cabot, callorhynque, capelan, capitaine, carangue, cardine (ou fausse limande, limande salope, limandelle), castagnole, cavillone, céteau, chabot ou chaboisseau, chauliodus, chauve-souris de mer, chimère chinchard ou sévereau, cépole (ou demoiselle, jarretière), cératias, cernier ou mérou des Basques, céteau, chauliodus, chromis ou petite castagnole, chrysostome ou opah, cicerelle, cœlacanthe ou latimeria, congre, coquette, coracin ou corb, coffre, congre, coquette, corydoras, coryphène, cotte, cténolabre, crapaud de mer, crénilabre ou paon de mer, cycloptère (ou : lump, mollet, poule de mer), cynoglosse, dactyloptère, daurade ou dorade, daurade grise (ou : canthare, cantre, griset), daurade rose ou rousseau, demi-bec, denté, donzelle, entélure ou vipère de mer, équille, espadon ou poisson-épée, exocet ou poisson volant, fierasfer ou aurin, flet, flétan ou elbot, gadicule, girelle, globe, gobie, grinde, grondin ou trigle, hareng, hippocampe ou cheval des mers, hirondelle de mer ou grande castagnole, gonelle ou papillon de mer, labre, lançon, lieu, liche, limande, lingue ou julienne, loche de mer ou motelle, lote, lotte, louvaréou, lune (ou môle, poisson-lune), macaire ou makaire, maigre (ou courbine, haut-bar, sciène), malthe maquereau, merlan, merle, merlu ou colin, merluche, mérou, monacanthidé, mordocet, morue ou cabillaud, motelle, mulet rouge ou rouget, murène, myctophidé, nason, némichthys, oblade, ogac ou morue du, Groenland, ombrine, opisthoprocte, orphie, pageot, pagre, palomète, pégase, perdrix de mer ou marbré, perroquet de mer, phylloptéryx, picarel ou jarret, pilchard, plie ou carrelet, poisson-clown ou amphiprion, poisson pilote ou fanfre, porte-écuelle ou barbier, poutassou, ptéroïs, rascasse (ou crapaud de mer, scorpion de mer), régalec ou roi des harengs, rémora ou sucet, rochier (ou roucaque, rouquier), rouget de sable (ou barbet, barbier), sabre, saint-pierre (ou dorée, zée, sanglier, sar, sardine, saumon, saurel, scare ou poisson perroquet, sébaste, serran, souris de mer, sprat, surmulot, targeur ou sole de roche, tarpon, tétrodon, thazard, thonine, turbot, uranoscope, vipère de mer ou entélure, vive, voilier, zancle,

 

Poissons marins cartilagineux

Retour en haut

aiguillat, ange, bélouga ou béluga, bleu (ou peau bleue, requin bleu), céphaloptère (ou mante, raie cornue), cétorhinidé, chien bleu (ou chien espagnol, chien de mer), diable de mer, dormeur, émissole, griset ou requin à maquereaux, humantin (ou centrine, cochon de mer), laimargue, liche, marteau ou requin marteau, milandre ou hâ, mourine ou aigle de mer, oxyrhine ou requin-taupe bleu, pastenague, pèlerin ou requin pèlerin, perlon, poisson-scie, raie, raie électrique ou torpille, renard marin, requin ou, didact., pleurotrème, requin baleine, requin blanc, requin-citron, requin-lézard ou requin à collerettes, requin-scie, requin taureau, roussette ou saumonette, touille (ou requin-taupe, lamie), sagre, squale ou requin bouclé,

 



Inde

Retour en haut

amphipnous, colise

Indo-Malaisie

gourami, macropode

En Asie

anabas ouperche grimpeuse, combattant, notoptère

En Chine

catostome, macropode

Amérique du Sud

Retour en haut

anableps, anchovette, arapaïma ou pirarucu, candiru, feux-de-position, lépidosirène, lépisostée ou lépdostée, léporin

Australie

Retour en haut

barramunda

En Amérique du Nord

amie, dallia, doré, érythrinus, maskinongé ou maskinonge, œil de paon, platy, pœciliidé

Aux Tropiques

cichlidé, coffre, danio, gambusie, géophage, guppy, gymnote ou anguille électrique, molly, mormyre, nannostome, oscar, piranha ou piraya, porte-épée (ou xipho, xiphophore), prêtre ou trogne, tilapie

Afrique

Retour en haut

alestes, clarias, gymnarche, hétérobranche, hydrocyon, latès, malaptérure, pantodon, perche du Nil, polyptère, protoptère

En Europe centrale

coméphore

 

jeudi, 30 septembre 2010 06:18

Les Perroquets

  1. Psittacidés granivores (et frugivores)
  2. Classification
  3. Législation
  4. Particularités biologiques et physiologiques
  5. Remarque
 

Psittacidés granivores (et frugivores)

Retour en haut

Les perroquets, oiseaux particulièrement intelligents, ont un psychisme très développé. Ils peuvent présenter des troubles comportementaux fréquents : picage névrotique, automutilation, émission de cris perçants, répétitifs, phénomènes exagérés d’imprégnation, de dominance ou d’agressivité (morsures) vis-à-vis de certaines personnes. La réponse à ces troubles est complexe. Elle demande beaucoup de patience et de douceur.

En Suisse la détention des aras et des cacatoès est réglementée. Il faut être titulaire d’une autorisation de détention demandée auprès du service du vétérinaire cantonal, et la taille des enclos est également réglementée. Tout ceci fait suite à la modification de l’ordonnance de la protection des animaux.

Vous trouverez toute les informations nécessaires à cette nouvelle réglementation sur le site web de l’Office Vétérinaire Fédéral (www.bvet.admin.ch) cliquez sur « protection des animaux » puis sur « législation » et finalement sur « modification du 27 juin 2002 ».

 

Classification

Retour en haut

NOM LATIN

NOM COMMUN

Poicephalus senegalus

Perroquet du Sénégal (Youyou)

Eolophus roseicapillus

Cacatoès rosalbin

Psittacus erithacus

Perroquet gris d’Afrique (Jaco)

Amazona aestiva

Amazone à font bleu

Ara chloroptera

Ara chloroptère

Législation

Retour en haut

La législation concernant la détention d’oiseaux tels les aras et les grands cacatoès a changé depuis avril 2002. Vous trouverez les renseignements sur le site.

Particularités biologiques et physiologiques

Retour en haut
 

Perroquet du Sénégal

Perroquet gris d’Afrique

Cacatoès rosalbin

Amazone à front bleu

Ara chloroptère

Origine

Afrique occidentale

Afrique équatoriale

Australie

Amérique du Sud

Amérique centrale, Amérique du Sud

Poids—taille

120-150 g—23-25 cm

360-530 g—30-35 cm

280-380 g—35 cm

350-500g—36-37 cm

1-1.4 Kg—85-90 cm

Longévité

20-30 ans

30-50 ans

20-40 ans

30-60 ans

30-50 ans

Dimorphisme sexuel

Aucun

Aucun

iris de couleur foncée chez le mâle, orangée chez la femelle

Aucun

Aucun

Maturité sexuelle

2-4 ans

3-6 ans

2-4 ans

3-6 ans

3-6ans

Ponte—incubation

3-4 œufs—26-28 jours

2-4 œufs—28-30 jours

2-5 œufs—22-23 jours

2-4 œufs—26-28 jours

2-3 œufs—25-27 jours

Envol des jeunes

85 jours

85-90 jours

50 jours

63-65 jours

90 jours

Espèces voisines

Perroquet de Jardine (poicephalus gulielmi),

Perroquet de Meyer (poicephaleus meyen),

Perroquet robuste (poicephalus robustus),

Perroquet du Rüppel (poicephalus ruppellii)

Perroquet timneh (psittacus erithacus timneh)

Au plumage plus sombre, queue vinaigre, taille réduite

petit c. à huppe jaune

(Cacatua sulphurea),

grand c. à huppe jaune

(C. galerita),

c. des Moluques

(C. moluccensis)

a. à front blanc (A. albifrons),

a. à front jaune (A. ochrocephala),

a.      à lores orangées

(A. autumnalis), a. meunier

(A. farinosa)

a. ararauna

(A.ararauna),

a. hyacinthe

(anadorhynctus hyacinthinus),

a. macao

(A. macao),

a. militaire

(A. militaris),

a. sévère

(A. severa)

Remarque

Retour en haut

Le perroquet gris d’Afrique change la couleur de son oeil avec l’âge. Il passe d’iris gris bleuté, à jaune.

Page 1 sur 12

Heures d'ouverture

furet

Matin: 08:00 - 12:00
Après-midi: 14:00 - 19:00
Ouvert 2 samedis matin par mois.

Login Form