Pour animaux de compagnie.
Danielle Perrin Frei

Danielle Perrin Frei

dirige le cabinet vétérinaire AuFuret. 

Le cabinet vétérinaire été fondé en 1999 sous l'impulsion du Méd-vét. Danielle Perrin Frei. Membre SVS (Société des Vétérinaires Suisses) Membre SVV (Société Vaudoise des Vétérinaires)

mercredi, 18 avril 2012 16:06

Adopter un chat d'intérieur

 

Vous êtes décidé à adopter un chat, mais celui-ci ne pourra pas aller à l’extérieur. Plusieurs points sont à prendre en compte.

 

  • Il y a des avantages à ne pas laisser sortir un chat. En premier lieu, il y a peu de risques d’accidents (route, chutes ou blessures diverses).
  • Il y a aussi moins de risques de maladies car beaucoup moins de contact avec des agents infectieux (parasites, bactéries, virus, etc)..
  • Les frais vétérinaires sont moins importants, d’une part pour les raisons citées ci-dessus, d’autre part car il y a moins de vaccination à effectuer (le vaccin contre la leucose n’est nécessaire que s’il y contact avec d’autres chats), et car les produits antiparasitaires sont moins nécessaires.

 

Mais laisser un chat à l’intérieur implique aussi des points négatifs. Le chat manque souvent d’occupations : jeu, chasse, promenade... Son mode de vie originel demande une certaine liberté, la vie en appartement manque donc cruellement de distractions... En découlent des risques plus élevés de maladies telles que l’obésité (le chat mange pour passer le temps), les calculs urinaires sont favorisés par la sédentarité, la constipation (par manque de mouvement) ou le diabète par exemple.
Le manque d’occupation et donc l’ennui, peut aussi mener à certains troubles du comportement, comme le marquage urinaire, les griffades, l’agressivité, etc.

Comment faire pour que la vie en intérieur se passe au mieux ?

En premier lieu et la chose la plus importante, ne jamais adopter un chat qui a l’habitude d’aller dehors. Même un chaton qui n’est sorti que quelques jours avant que vous ne l’adoptiez a expérimenté l’environnement extérieur et s’est imprégné d’autres stimuli. Il y a de grandes chances qu’il se sente frustré à rester uniquement à l’intérieur.

Si le chat va rester seul une bonne partie de la journée, envisagez éventuellement de lui offrir de suite un congénère (le mieux, de la même fratrie) avec qui il pourra jouer. : Le chat étant un animal solitaire, il déteste par principe partager son territoire avec un autre chat, mais deux chatons d’une même portée s’entendront en général très bien.
Certaines races de chats montrent aussi une tendance naturelle plus forte vers le cocooning.

Offrez-lui des occupations : des jeux, un pipolino (distributeur de nourriture qui oblige le chat à faire de l’exercice), de l’herbe à chat, un poste d’observation près d’une fenêtre...

Un dernier élément à prendre en compte : même pour un chat d’intérieur, certains dangers restent présents, par exemple les fenêtres laissées en imposte dans lesquelles le chat peut rester coincé sans arriver à en ressortir, ou les plantes tellement appétissantes mais souvent toxiques ... + des produits ménagers, ou autres toxiques.

mercredi, 03 juillet 2013 05:05

Liens

Conseils vétérinaires pour NAC

Un site développé dans le but de favoriser et d'aider les contacts entre les détenteurs d'animaux de compagnie NAC, entièrement gratuit.

Urgence vétérinaire, La Côte  région: Nyon Rolle Morges Bussigny


Société Vaudoise des Vétérinaires

La Société Vaudoise des Vétérinaires a été fondée en 1892 et regroupe les vétérinaires du canton
de Vaud toutes activités confondues.
La société vaudoise des vétérinaires SVV
www.veterinaires-vaudois.ch


Mon animal j'en prends soin

lien pdf

Ici vous trouvez des informations détaillées sur la détention des animaux de compagnie et des animaux de rente.

 

Office vétérinaire fédéral OVF > Publications > Département fédéral de l'intérieur DFI > Sécurité alimentaire- aff. vétérinaires > Protection des animaux

Chiens - Pdf
Tout sur le chien
Le chien et l’Homme
 Chats
 Cochons d'Inde
 Hamsters dorés
 Perruches ondulées
 Canaris
 Poissons d’aquarium
 Rats
 Tortues
 Furets
 Animaux de compagnie exotiques
 Lapins
 Bovins
 Porcs
 Moutons
 Chèvres
 Chevaux
 Poules
 Autres animaux 

Le site malin des enfants qui savent prendre soin de leur animal passibete.ch 

passibete.ch 

le site malin pour les enfants de 8 à 12 ans qui savent prendre soin de leurs compagnons à pattes (ou à nageoires!).

passibete.ch explique aux enfants comment prendre soin de leurs animaux en respectant leurs besoins.


 

Les éducateurs canins reconnus dans votre région

Les éducateurs canins reconnus dans votre région

 

Vétérinaires Vaudois
Société Vaudoise des Vétérinaires 

Société Genevoise des Vétérinaires

 


 

Autorités fédérales » CF » DFI » OSAV » Direction » Santé animale

Services vétérinaires cantonaux (Suisse)

Services vétérinaires cantonaux de Vaud & Centre de conservation de la faune et de la nature

Police des chiens VD

- La formation d'assistante en médecine vétérinaire (AMV)
Formation Profession Carrières

- Fédération Cynologique Suisse

- Formation des chiens-guides: une école en Romandie (chiens d'aveugles)

swisscats Site sur les chats perdus et trouvés de Suisse romande.

 

DIANA Logiciel spécialement conçu pour la pratique vétérinaire. Utilisé actuellement par le cabinet.


 

Vous trouverez des annuaires spécialisés, forums de discussion, conseils pratiques et conférences en direct

Pour vos questions, vous pouvez consulter les sites suivants:


 

Pogona vitticeps

On peut consulter les sites:

Pogona-vitticeps.com


 

Vétérinaire. Dr méd. vét. Gentet Rémy, route de la Forge 4, 1116 Cottens. 
En Mars 2016, il a pris sa retraite.

Le service d’urgences vétérinaires de la région.

Genève - Nyon - Morges - Penthalaz - Cossonay - Lausanne. Pour animaux de compagnie.


La mission du vétérinaire de garde est d’assurer un traitement d’urgence puis de renvoyer le client et son animal chez leur vétérinaire traitant dès la fin de la garde.

En cas d'urgence, même en dehors des heures d'ouverture, veuillez toujours appeler votre cabinet en premier!

Le répondeur vous donnera le numéro à composer pour atteindre un vétérinaire de garde. Écoutez-le jusqu'au bout. Les week-ends et les nuits, un service d'urgences vétérinaires est assuré.

Ne téléphonez au vétérinaire de garde qu'en cas d'urgence uniquement et dans le but de prendre rendez-vous !

Attention il ne s'agit pas d'une permanence.
Il est donc obligatoire de prendre rendez-vous. Les consultations se paient comptant. 

Le service d'urgence de la Côte, dont nous faisons partie, fonctionne toute l'année, 7 jours sur 7.
  1. Il a y les urgences immédiates.
  2. Les urgences du jour.
  3. Les urgences qui n’en sont pas.

Liste des cabinet vétérinaires affiliés au service de garde. Vétérinaire de garde.

View Le Service d’urgences vétérinaire de la région Genève - Nyon - Morges - Penthalaz - Lausanne in a larger map

 

Légende:

alt

en rose = vétérinaires pour bétail & petits animaux

alt

en bleu = vétérinaires pour petits animaux

  

Le service d'urgence de la Côte

alt

Cabinet vétérinaire Aufuret

Danielle Frei Perrin 
Pratique: pour animaux de compagnie et NAC 
Téléphone: 021 811 55 11 
Echichens

 

Pour la rurale:

alt

Cabinet vétérinaire la Réserve

Frédéric Telfser Pratique: pour bétail & pour animaux de compagnie 
rue de Venengy 20 
1174 Montherod 
Téléphone: 021 808 65 03

Cabinet vétérinaire Prodolliet

Daniel Prodolliet Pratique: pour gros bétail & pour animaux de compagnie 

Gland

 

Pour animaux de compagnie:

alt

Cabinet vétérinaire Penthalaz

Françoise Chamot

Penthalaz

Cabinet vétérinaire du Sorby

Mounir Boukhalfa

Morges

Cabinet vétérinaire Gottaz

Marc-Alain Tièche

Morges

Cabinet vétérinaire Aufuret

Danielle Frei Perrin

Echichens

Cabinet vétérinaire Bussigny

Pascal Wicki

Bussigny

Cabinet vétérinaire du Littoral

Pierre Sauve, Piton Fabrice

Aubonne

Cabinet Vétérinaire du Boiron

Isabelle Vanat et Gianoli Nicola

Nyon

Cabinet vétérinaire Centre de Santé Animale

Pierre-Alain Baud

Nyon

Cabinet vétérinaire des Mangettes Vet.Avenir Sàrl

Gilles Altwegg

Nyon

Cabinet vétérinaire Palmieri

Joseph Palmieri

Gland

Cabinet vétérinaire Vetmidi SA

Antoine Adam

Saint-Prex

Cabinet vétérinaire Au Coeur de La Côte

Pierre-Alain Glatt

Rolle

Cabinet vétérinaire De Conto

Christine de Conto

Gland

Cabinet vétérinaire Mont-sur-Rolle

Francesco Fabbri

Mont sur Rolle

   

alt

Le service d’urgences vétérinaire de la région Lausannoise

Le service d’urgences de la région de Lausnne est un groupement de vétérinaires.  Tél. 0900 900 969 (numéro payant CHF 2.-/minute) Liste des vétérinaires affiliés au service d’urgences de la région Lausannoise:  Dr Bertholet, 1020 Renens Dresse Dubath et Dresse Schrenk,  1094 Paudex Dr Dubuis, 1052 Le Mont Dr Gmuer, 1006 Lausanne Dr Ioan, 1010 Lausanne Dresse Lindt et Dr Lindt, 1009 Pully Dr Nidegger, 1024 Ecublens Dr Pfister, 1005 Lausanne Dr Stauffer et Dr Carron, 1008 Prilly Dresse Villars, 1006 Lausanne Dr Vingerhoets, 1004 Lausanne Dr Zavez, 1024 Ecublens

   
alt

Le service d’urgences vétérinaire de la région Genevoise

Le service d’urgences de la région de Genève est un groupement de vétérinaires. Tél. 0900 83 83 43 
(2 francs la minute depuis une ligne fixe) Atteignable tous les soirs dès 19h00. 

Cabinet vétérinaire des Tuileries. Cabinet vétérinaire des Pontets. Cabinet Vétérinaire de Villereuse. Cabinet vétérinaire de la Versoix. Cabinet vétérinaire MUSER LEYVRAZ. Cabinet vétérinaire de Chêne-Bourgeries. Cabinet vétérinaire de Saint-Jean. Cabinet vétérinaire de Vésenaz. Cabinet vétérinaire des Deux-Communes. Cabinet vétérinaire HONEGGER. Cabinet vétérinaire de Riantbosson. Cabinet vétérinaire du Clos de la Fonderie. Cabinet vétérinaire des Promenades. Cabinet vétérinaire de Frontenex. Cabinet vétérinaire de Caroll. Cabinet vétérinaire BUSER. Vet Chirurgie BORER. Cabinet vétérinaire des Sources. Cabinet vétérinaire et Centre d'Imagerie. Cabinet vétérinaire et Centre d'Imagerie 2

Cabinet vétérinaire de Collonge-Bellerive.

  

 

jeudi, 30 septembre 2010 06:18

Oiseaux Petits Exotiques

  1. Origine
  2. Classification
  3. Particularités biologiques et physiologiques
  4. Conditions d'entretien
  5. Contention
 

Origine

Retour en haut

C’est essentiellement au sein de quatre familles que l’on rencontre ces oiseaux : les fringillidés, les plocéidés, les ictéridés , les estrildidés. Voici quelques autres petits exotiques fréquemment rencontrés : pape de Nouméa (Erythrura psittacea), moineau du Japon (Lonchura domestica), astrild à ventre orange (Amandava subflava), diamant de Bichenow (Pœphila bichenovii), veuve de paradis (vidua paradisaea), worabée (Euplectes afra), diamant à queue rousse (Bathildda ruficauda) et astrild à joues orange (Estrilda melpoda).

 

Classification

Retour en haut

Nom commun

Nom latin

Diamant mandarin

Pœphila guttata castanotis

Diamant de Gould

Chloebia gouldiœ

Cordon bleu ou astrild papillon

Uræginthus bengalus

Amandine à collier ou cou-coupé

Amandina fasciata

Padda ou calfat gris

Padda oryzivora

Rossignol du Japon

Leiothrix lutea

lien

 

Particularités biologiques et physiologiques

Retour en haut
 

Diamant mandarin

Diamant de Gould

Cordon bleu ou astrild papillon

Amandine à collier ou cou-coupé

Padda ou calfat gris

Rossignol du Japon

Origine

Australie

Australie

Afrique

Afrique

Asie

Asie

Poids

10-15 g

12-18 g

12-20 g

18-25 g

25-35 g

30-40 g

Taille

10 cm

13 cm

12-13 cm

12-14 cm

14-15 cm

15 cm

Longévité

5 ans

6-8 ans

7-8 ans

6 ans

8 ans

9-10 ans

Variétés

 

Tête rouge, tête noire, et tête jaune (plus rare)

       

Dimorphisme sexuel

Belle tache orange sur les joues du mâle, plumage plus terne chez la femelle, avec un bec moins rouge

La femelle a un plumage moins éclatant que celui du mâle

Tâche rouge sur les joues du mâle, plumage moins coloré chez la femelle

Bande rouge vif sur l a gorge et les joues chez le mâle

Aucun cependant le mâle a un chant très puissant

aucun

Maturité sexuelle

6-12 mois

6-12 mois

6-12 mois

6-12 mois

6-12 mois

6-12 mois

Ponte — incubation

3-5 œufs — 13 jours

4-6 œufs — 15 jours

3-6 œufs — 11-12 jours

3-5 œufs — 12-13 jours

5-6 œufs — 15-16 jours

3-4 œufs — 14 jours

Envol des jeunes

17-19 jours

20-21 jours

19-21 jours

20-21 jours

20-22 jours

13-15 jours

Espèces voisines

   

u.b. ugogoensis, u.b. littoralis, u.b. brunneigularis, u.b. katangoe, u.b. cyanocephala

a.f. fasciata, a.f. alexandri, a.f. meridionalis

   

 

Conditions d'entretien

Retour en haut

Environnement

La cohabitation de nombreuses espèces de petits exotiques est généralement possible, en cage suffisamment spacieuse ou mieux en volière intérieure. Cependant, certains de ces oiseaux peuvent être turbulents (cou-coupé). Le rossignol du Japon est à tenir à l’écart des autres espèces car il peut être agressif et prédateur d’œufs au nid. Les diamant de Gould ont besoin d’une volière chauffée avec une hygrométrie faible.

Alimentation

Pour l’essentiel, elle comporte :

-         un mélange de graines « petits exotiques », du millet en branches, un complément de riz paddy pour les paddas, des graines trempées ou germées. Des extrudats « petits exotiques » peuvent être proposés ;

-         de la verdure (mouron blanc, séneçon), des fruits (pomme, etc.)

-         des insectes, des vers de farine (en particulier pour le rossignol du Japon).

Contention

Retour en haut

Attention surtout si vous devez amener votre animal chez le vétérinaire. Vous pouvez enlevez les accessoires de la cage pour éviter qu’il ne se blesse. Ou si vous le mettez dans une boîte à chaussure vous pouvez glisser entre l’oiseau et le couvercle une léger tissu. Puis il pourra être saisi au travers du tissu.

jeudi, 30 septembre 2010 06:21

Psittacidés, frugivores et nectarivores


  1. Psittacidés frugivores et nectarivores
  2. Classification
  3. Particularités biologiques et physiologiques
  4. Alimentation
  5. Contention
  6. Remarque

Psittacidés frugivores et nectarivores

Retour en haut

Le perroquet gris d’Afrique est très répandu. C’est l’un des meilleurs oiseaux parleurs. Les amazones représentent un vaste groupe d’oiseaux aux couleurs très variées. Il en est de même pour les aras et les cacatoès qui peuvent souvent être très bruyants (envisager les problèmes de voisinage !). Les éclectus présentent, au niveau du plumage, un dimorphisme sexuel très prononcé.

Les loris et les loriquets sont essentiellement nectarivores. Leurs déjections sont très liquides et souillent abondamment l’environnement. Ces oiseaux sont à mettre en volière. Attention, des dispositions légales très précises conditionnent la détention de certaines espèces de psittacidés. En Suisse, pour savoir qu’est ce qu’il en est de la détention de ces oiseaux vous pouvez consulter le site de l’Office Vétérinaire Fédéral : http://www.bvet.admin.ch

Classification

Retour en haut

NOM LATIN

NOM COMMUN

Electus roratus

Grand éclecclectus

Lorius garrulus

Lori des Moluques

Trichoglossus haematodus molucannus

Loriquet de Swainson

Particularités biologiques et physiologiques

Retour en haut

 

Grand éclectus

Lori des Moluques

Loriquet de Swainson

Origine

Australie, Nouvelle-Guinée

Moluques

Australie, Tasmanie

Poids

380-500 g

220 g

130 g

Taille

35-40 cm

30 cm

28-30 cm

Longévité

8-20 ans

20-25 ans

8-15 ans

Dimorphisme sexuel

Couleur verte dominante chez le mâle et

Rouge chez la femelle

aucun

Aucun

Maturité sexuelle

3-4 ans

2-3 ans

2-3 ans

Ponte —Incubation

2 œufs—27-29 jours

2 œufs—26-27 jours

2 œufs—24-25 jours

Envol des jeunes

70-75 jours

Environ 80 jours

Environ 70 jours

Espèces voisines

Éclectus à flanc rouge

(Eclectus roratus polychloros)

éclectus de Solomon

(E. solomonensis)

 

l. des dames

(Lorius domicellus)

lori noir

(Chalcopsitta atra)

l.rouge

(Eos bornea)

l. à tête jaune

(T. euteles)

l. de goldie

(Psitteutelles versicolor)

l. à joues bleues

(T. haematodus)

l. babillard

(Domicella garrula)

Alimentation

Retour en haut

 

L’alimentation diffère selon les espèces

Perruches ondulées, perruches calopsittes, perruches australiennes
On peut donner un mélange de graines pour perruches (alpiste, millet blanc, roux, gruau d’avoine avec en plus du tournesol, pour le mélange des « grosses perruches »), millet en grappe, graines germées, pâtées (en période de reproduction et de croissance), verdure (salades, pissenlit, séneçon, carottes, etc.), fruits (pomme, etc.)

Inséparables

On peut donner un mélange de graines (millet, alpiste, avoine, niger, chènevis, tournesol), millet en grappe, fruits, baies (pyracantha, etc.), verdure, graines germées, éventuellement des vers de farine (en période de reproduction).

Perroquets granivores et frugivores

Les perroquet maintenus en cage ne bénéficient pas de l’exercice rendu possible en volière. C’est pour cette raison que leur alimentation doit être équilibrée et raisonnée. Il ne faut pas leur donner les restes, cela peut entraîner des problèmes hépatiques. Lorsqu’ils sont libres en dehors de leur cage il faut une surveillance, car grâce au bec puissant se sont de redoutables rongeurs.
Mélange de graines avec 70% de céréales (blé, gruau, riz paddy, sarrasin, maïs, alpiste, sorgho, millet), et 30% de graines oléagineuses (tournesol, chènevis, arachide), noix, amandes en petites quantités, fruits (sauf avocat), baies, verdure.
Une alternative consiste à donner des granulés spéciaux pour perruches ou perroquets (Versele Laga, Harrison’s birds, Kaytee, Lafeber, Pretty bird, Roudybush)


Perroquets frugivores (éclectus)

Cette espèce se nourrit essentiellement de fruits, baies, verdure, mélange de graines (alpiste, gruau, riz paddy, tournesol)

Perroquets nectarivores

Le nectar peut être naturel ou reconstitué. Il se nourrit également de pollen, fleurs, fruits , baies, verdure, graines germées, vers de farine (en période de reproduction) et éventuellement farines 1er âge au miel, eau miellée.
Il est impossible de fournir la même alimentation équilibrée que celle que ces animaux ont dans la nature, il faut donc suppléer de compléments vitaminés et d’acides aminés essentiels.
On peut aussi pour agrémenter leur vie mettre des branchages frais (arbres fruitiers, tilleul, saule) à décortiquer.

 

Contention

Retour en haut

La contention des oiseaux doit être centripète, ailes et pattes étant ramenées contre le corps. Elle doit être la moins traumatisante et la plus rapide possible. On peut tenir les perruches avec des gants en cuir. Pour les perroquet il faut être prudent, leur morsure est redoutable (bec puissant au bords coupants) et leur extrémités des ongles sont de véritables poignards. Pour l’attraper le mieux est de le capturer à l’aide d’une serviette éponge épaisse et ensuite de saisir la tête entre le pouce et l’index, au niveau des oreilles, puis de dégager les pattes, maintenues à la hauteur des cuisses, pouce et majeur à l’extérieur, index au centre. On peut une fois qu’il est maintenu le coucher sur la serviette.
Attention avec les oiseaux souffrant de graves problèmes respiratoires, à manipuler avec précaution, risque de mort subite.

 

Remarque

Retour en haut

 

Le perroquet est curieux et lors des moments de liberté il faut faire attention à ne rien laisser traîner. Il aime bien jouer avec ce qu’il trouve et décortiquer.

 

jeudi, 30 septembre 2010 06:21

Octodons, Degus

  1. Classification
  2. Particularités biologiques et physiologiques
  3. Conditions d'entretien
  4. Contention
  5. Dominantes pathologiques
 

Classification

Retour en haut

Classe:

Mammifères

Ordre:

Rongeurs

Sous-ordre:

Hystricognathes

Famille:

Octodontidès

Genre:

Octodon

Espèce:

degus

Nom commun:

octodon, dègue du Chili

Particularités biologiques et physiologiques

Retour en haut

 

Caractères anatomiques et morphologiques

Poids adulte: 200-300 g
Longueur du corps: 12.5-19.5 cm
Longueur de la queue: 10-16 cm
Formule dentaire:

 

Mâchoire supérieure

1 0 1 3
  I C PM M

Mâchoire inférieure

1 0 1 3

 

5 doigts aux 4 membres

Paramètres biologiques

Mode de vie:

L'octodon est d'activité diurne, cependant on observe un pic d'activité en fin d'après-midi. Dans la nature, on le trouve dans des terriers complexes constitués de vastes galeries, de chambres et de multiples issues camouflées par des abris naturels (feuilles mortes, brindilles). L'octodon est un excellent grimpeur, il monte aux arbres pour rechercher sa nourriture. Il n'a pas d'hibernation naturelle.

Système social:

L'octodon vit en communauté par colonie de 10 à 100 individus.

Il vit en moyenne 7-10 ans et dans la nature jusqu'à 15 ans. Sa température corporelle est de 37.5-39°C

Physiologie de la reproduction:

  • Age de la maturité sexuelle
  • mâle: 180 jours
  • femelle: 90-150 jours

La saison sexuelle chez les octodons dure toute l'année. La femelle a une ovulation spontanée. La gestation dure 3 mois (87-93 jours). Elle peut avoir 2 portées avec en moyenne 5 petits (1-10) par année. Les petits quant à eux sont nidicoles (ouverture des paupières à 2-3 jours) et pèsent 15 g à la naissance. Ils seront sevrés à 4-6 semaines, mais les parents continuent de les nourrir au nid.

Les femelles allaitantes doivent être séparées des autres femelles.

Conditions d'entretien

Retour en haut

 

Milieu de vie

La cage doit être plus haute que large, soit au minimum 1'500 cm2 au sol et 800 cm2 par individu supplémentaire. La litière doit être faite d'une couche épaisse de foin renouvelée chaque semaine. Dans sa cage on peut ajouter quelques accessoires tels les jeux destinés aux hamsters (roue, échelle, galeries) car il est très joueur. Au sol de la cage on peut aussi ajouter des branchages, permettant de faire de l'escalade, et de la terre à bain comme pour le chinchilla.

L'octodon selon la loi suisse doit vivre en couple ou en groupe. Si vous possédez plusieurs mâles et une femelle, il ne faut pas mettre tous les mâles et la femelle ensemble. Il vaut mieux faire un couple et mettre les autres mâles ensembles.

Alimentation

L'octodon est un rongeur herbivore, il se nourrit dans la nature d'herbes, d'écorces, de feuilles et de graines.

Aliment complet spécifique pour octodon: mélange de céréales, légumes, fruits, graines, et fruits secs. Complémentation possible par un apport de verdure et de fruits.

 

Contention

Retour en haut

 

L'octodon est facilement stressable, il faut donc le manipuler avec douceur sans l'effrayer, sous peine possible de morsures.

La contention est comparable à celle du cobaye, ou on peut aussi lui bloquer la région cervicale entre le pouce et l'index. Par contre il ne faut pas l'attraper par l'extrémité de la queue.

Il faut aussi faire attention à ses griffes puissantes qui peuvent infliger des blessures.

 

Dominantes pathologiques

Retour en haut

 

Affections digestives

  • Malocclusion dentaire des molaires
  • Entéropathies d'origine nutritionnelle ou bactérienne (salmonellose)

Affections respiratoires

  • Pneumonie bactérienne (prognostic réservé)

Affections de la reproduction

  • Infection puerpérales
  • Mortinatalité de nature septicémique

Autres affections

  • Queue scalpée
  • Fracture
  • Cataracte congénitale

 

lundi, 04 juillet 2011 11:34

Mollusques et animaux marins

  1. Mollusque
  2. Bivalves
  3. Gastéropodes
  4. Céphalopodes
  5. Ammonites
  6. Amphineures
  7. Mollusques terrestres
  8. Echinodermes
  9. Cnidaires

Mollusque

Déf: n.m., embranchement de métazoaires au corps mou non segmenté souvent pourvu d'une coquille calcaire.

Mollusque

Retour en haut

Mollusque. - Amphineures (aplacophores, monoplacophores, polyplacophores ou chitons), bivalves [ou : lamellibranches, pélécypodes] (anisomyaires, cténodontes ou paléotaxodontes, rudistes, taxodontes), céphalopodes (ammonoïdes, coléoïdes ou dibranches, bélemnoïdes, sépioïdes, teuthoïdes, nautiloïdes ou tetrabranches ; ammonites, cératites, goniatites ; clyménidés), gastéropodes ou, vieilli, gastropodes (opisthobranches, prosobranches, pulmonés), scaphopodes. - Octopodes.

 

Bivalves

Retour en haut

abra ou syndesmie, adacna, anomie, anthracosia, arche, arrosoir, astarté, avicula ou pteria, belon, bénitier, cardite, cerastoderma, chame, chione, clam, congérie, coque, coquille Saint-Jacques (ou pecten, peigne), couteau ou solen, cyclade, diceras, donax ou flion, dosinia, dreissénie, exogyre, galatée, gryphée, hanon, hippurite, huître, huître perlière (ou méléagrine, pintadine), isocarde, lavignon, lime, lucine, marennes, margaritifera, marteau, modiole, moule, mye ou bec-de-jar, nucule, palourde (ou clovisse, mactre, tapes), penicillus, pétoncle, pholade, pied-de-cheval, pinne ou jambonneau, praire ou vénus, radiolites, requinia, spondyle, taret, telline, tridacne, trigonie, unio ou mulette, vénéricarde, xylophage, yoldia

 

Gastéropodes

Retour en haut

actéon, ampoule, ancyle, aplysie ou lièvre de mer, atlante, bellérophon, bernicle (ou bernique, patelle), bigorneau, bulinus, bulle, bulot, calliostoma, calyptrée, cancellaire, carinaire, casque, cassidaire ou morio, cauri, cavoline, cérithe, chapeau chinois, clausilie, clio, cône, conque, crépidule, cymbium ou yet, cyprée ou porcelaine, doris, éolide, firole, fissurelle, fuseau, gibbule, haliotide (ou oreille-de-mer, ormeau), harpe, janthine, lambis ou strombe, limnée, littorine, murex, nasse, natice, nérite, océnèbre ou tritonalia, olive, ovule, paludine, physe, planorbe, pourpre, scala ou scalaria, succine, triton, troque, turbo, turritelle, vermet, volute

 

Céphalopodes

Retour en haut

amaltheus, architeuthis, argonaute, bélemnite, calamar (ou calmar, encornet), chiroteuthis, clymenia, cranchia, élédone, histioteuthis, nautile, ommatostrèphe, onychoteuthis, pieuvre ou poulpe, seiche, sépiole (ou casseron, souchot), spirule

 

Ammonites

Retour en haut

ammonite, cardioceras, hildoceras, hoplites, lytoceras, macrocéphalites, medlicottia, oppelia, orthoceras, pachydiscus, parkinsonia, perisphinctes, phylloceras, pinacoceras, scaphites, tissotia

 

Amphineures

Retour en haut

chiton ou oscabrion, neomenia, néopilina

 

Mollusques terrestres

Retour en haut

arion ou loche, escargot (ou, colimaçon, limaçon), escargot vigneron, hélix ou escargot commun, limace, parmacelle, petit-gris, testacelle, zonites

Autres animaux marins. - Échinodermes ou kinorhynques : pelmatozoaires (hétérostelés, cystidés, blastoïdes, crinoïdes), édriastéroïdes (holothurides, échinides, astérides, ophiurides, ophiocistoïdes).

 

Echinodermes

Retour en haut

acanthaster, astérie ou étoile de mer, cidaris, clypeaster, comatule ou antédon, encrine ou lis de mer, henricia, luidia, micraster, oursin ou châtaigne de mer, solaster, spatangue, trépang (ou : bêche-de-mer, biche-de-mer)

Spongiaires. - Démosponges, éponges calcaires ou calciponges, hexactinellides. - Chaline, clione, éponge, euplectelle, geodia, hyalonème, spongille.

Cnidaires ou coelentérés. - Hydrozoaires(hydraires, hydrocoralliaires, siphonophores, automéduses), anthozoaires (octocoralliaires ou alcyonaires, hexacoralliaires).

 

Cnidaires

Retour en haut

aropore, actinie ou anémone de mer, adamsia, anthoméduse, aurélie, calcéole, corail, cyanée, dactylozoïde ou machozoïde, dendrophyllie, favosite, fongie ou fungia, gastrozoïde, géryonia, gorgone, hydre, hydroméduse, leptoméduse, lucernaire, madréporaire, méandrine, méduse, millépore, obélie, ortie de mer, pélagie, pennatule ou plume de mer, physalie, polype, porpite, rhizostome ou poumon de mer, sagartia, trachyméduse, tubipore ou orgue de mer, vélelle, vérétille, virgulaire ou funiculine

Cténaires ou cténophores. - Béroé, ceste ou ceinture de Vénus, cydippe, eucharis.

Coquillage ; coquille ; frustule, septe. - Apex, columelle, cuticule ou periostracum, écaille, épiphragme, labre, nacre, opercule, protoconque, rostre, spire, valve, valvule. - Byssus ; pédoncule, pied. - Bec-de-perroquet, radula.

lundi, 04 juillet 2011 11:56

La Classification des Mammifères

  1. Mammifère
  2. Encyclopédie
  3. Les ordres et sous-ordres des euthériens
  4. Les carnivores
  5. Les rongeurs
  6. Les insectivores
  7. Les omnivores
  8. Les herbivores
  9. Les primates
  10. Les cétacés
  11. La sous-classe des fossiles
  12. La sous-classe des marsupiaux

Mammifère

Retour en haut

ZOOL Qui a des mamelles. n. m. pl. Classe de vertébrés supérieurs homéothermes ("à température constante"), portant des mamelles (ou des aires mammaires, chez les monotrèmes). -- Sing. L'homme est un mammifère.

Encyclopédie

Retour en haut

Les mammifères forment la classe de vertébrés la plus évoluée. Les glandes mammaires, qui caractérisent leurs femelles, sécrètent du lait pour nourrir les jeunes. Leur coeur est divisé en quatre cavités et ils possèdent un encéphale volumineux. Leur corps est le plus souvent couvert de poils. Les organes des sens sont très développés. Les mammifères peuplent tous les milieux; certains vivent sous terre (taupe), d'autres sont amphibies (loutre, castor), marins (cétacés) ou adaptés au vol (chauve-souris) ; beaucoup sont terrestres (lion, zèbre) et arboricoles (écureuil, singe). Les mammifères, issus des reptiles mammaliens, apparaissent au trias. La plupart des ordres actuels existent depuis le tertiaire. Les mammifères se divisent en trois sous-classes: les protothériens, fossiles, à l'exception de quelques rares monotrèmes (ornithorynque), les marsupiaux ou métathériens (kangourou, opossum), les placentaires ou euthériens. Ces derniers comprennent les ordres suivants: ongulés; carnivores, fissipèdes terrestres (félidés, chiens, ours) ou pinnipèdes marins (phoques); cétacés à fanons (mysticètes: baleines) ou à dents (odontocètes: dauphins); xénarthres (tatous, paresseux); pholidotes (pangolins), recouverts d'écailles; rongeurs (rats, écureuils); lagomorphes (lièvres, lapins); chiroptères (chauves-souris); galéopithèques ou dermoptères, aptes au vol plané; insectivores (hérissons, taupes); primates (tarsiens, lémuriens, singes et hominiens). Les ongulés constituent soit un super-ordre, soit un ordre divisé en six sous-ordres: artiodactyles (porc, boeuf, girafe), hyracoïdes (damans), périssodactyles (cheval, rhinocéros), proboscidiens (éléphant), siréniens (lamantin), tubulidentés (oryctérope).

mammifères (noms) Mammifère. - Mammalogie. - Plantigrade ; fauve.

Les ordres et sous-ordres des euthériens

Retour en haut

Euthérien (ou monodelphe, placentaire). - Artiodactyle ; élaphoïde (antilocapridé, cervidé, moschidé, tragulidé), porcin (hippopotamidé, suidé, tayassuidé), tauroïde (bovidé, giraffidé), typolope (camélidé). - Carnivore ; canoïde (canidé, mustélidé, procyonidé, ursidé), féloïde (félidé ou félin, hyénidé, viverridé), fissipède, pinnipède (odobénidé, otariidé, phocidé). - Cétacé, sirénien ; mysticète (balénidé, balénoptéridé, eschérichtidé), odontocète (delphinidé, monodontidé, phocénidé, physétéridé, platanistidé, sténidé, ziphiidé), sirénien (dugongidé, rhytinidé, trichéchidé). - Chiroptère ; mégachiroptère (macroglossidé, ptéropidé), microchiroptère (emballonuridé, molossidé, phyllostomatidé, rhinolophidé, vespertilionidé). - Dermoptère (cynocéphalidé). - Glire ; cavioïde (caviidé, chinchillidé, dasyproctidé), hystricoïde (éréthizontidé, hystricidé), lagomorphe (léporidé, ochotonidé), myomorphe (cricétidé, dipopidé, gliridé, microtidé, muridé), sciuromorphe (castoridé, cténodactylidé, haplodontidé, pédétidé, sciuridé). - Hyracoïde (procaviidé). - Insectivore ; lipotyphle (chrysochloridé, érinacéidé, solénodontidé, soricidé, tenrécidé), ménotyphle (macroscélidé). - Périssodactyle (rhinocéridé, tapiridé) ; équidé. - Pholidote (manidé). - Pinnipède. - Primate. - Proboscidien ; éléphant (éléphantidé, stégodontidé). - Protongulé ; tubulidenté (oryctéropidé). - Xénarthre (bradypodidé, dasypodidé, myrmécophagidé).

Les carnivores

Retour en haut

belette, binturong, blanchon, blaireau, caracal, carcajou, chabraque, chacal ou loup doré, coati, corsac, coyote, cystophore, fennec ou renard des sables, fouine, fossa ou cryptoprocte, furet, genette, grison, guanaco, guépard, hermine, hyène, ichneumon, isatis ou renard bleu, jaguar, léopard, linsang, lion, loup, loutre, lycaon, lynx ou loup-cervier, mangouste, martre, mégaderme, mink, moufette ou sconse, skunks, ocelot, once, ours, panthère, pékan, phoque, protèle, puma ou couguar, putois, ratel, raton laveur, renard, renard gris, suricate, vison, zibeline, zorille

Chat ; fam. : matou, minet, minou, mistigri. - Différentes races: Abyssin, birman, chartreux, chat de gouttière, chat-tigre, jaguarondi, man, margay, oncoïde, persan, serval, siamois.

Chien ; chiot ; mâtin ; molosse ; roquet ; fam. : chienchien, toutou ; très fam. : clébard, clebs ; fam. et péj. : cabot, corniaud. - Chien d'arrêt, chien de berger, chien de chasse, chien de compagnie, chien couchant, chien courant, chien de garde, chien guide.

Divers races de chiens: basset, beagle, berger, bichon, bleu d'Auvergne, bobtail, colley, bouledogue, boxer, braque, briquet, bull-terrier, caniche, chihuahua, chow-chow, cocker, colley, dalmatien, danois, dhole ou cuon, dingo, doberman, dogue, épagneul, fox-terrier, gordon, griffon, grœnendael, king-charles, labrador, lévrier, loulou, otycion, pékinois, pit-bull, ratier, retriever, saint-bernard, setter, sloughi, teckel, terre-neuve, terrier

Les rongeurs

Retour en haut

Les espèces: acouchi, agouti, anomaluridé, athérure, bathyergidé ou rat-taupe, bouquet ou bouquin, cabiai ou cochon d'eau, campagnol, castor, chien de prairie, chinchilla, chipmunk, cobaye ou cochon d'Inde, coendou, coquau, dégou, écureuil, gaufre, gerbille, gerboise, graphiure, goliath ou rat de Gambie, goundi, graphiure, hamster, hutia, lapin, lemming, lérot, lièvre, loir, mara, marmotte, mérione, mulot, muscardin, ondatra, oreillard, ourson coqueau, paca, pika, porc-épic, ragondin (ou coypou, myocastor, myopotame), rex, souris, spalax, surmulot, viscache

Les insectivores

Retour en haut

barbastelle, blarine, chauve-souris, chirogale, chlamydophore, coendou, crocidure, cynogale, dégou, desman, écureuil, fer-à-cheval, fourmilier, galéopithèque, géogale, hérisson, kinkajou, macroglosse, mégaderme, ménotyphle, murine, musaraigne, noctule, oreillard, ornithorynque, oryctérope, pachyure, pangolin, paresseux, philander, pipistrelle, rhinopome, roussette, sérotine, solénodon, tamandua, tamanoir, tatou, taupe, tenrec, vespertilion

Les omnivores

Retour en haut

Équidés. - ne, ânesse, bourricot, dauw ou zèbre de Burchell, hémione ou okapi, zèbre. _ Cheval : anglo-arabe, arabe,breton, bronco, cob, camarguais, flamand, genet, mustang, normand, percheron, poney, prjevalski, pur-sang, roussin, stayer, tarpan, trotteur américain, picard. - Cheval de bât, cheval de selle, cheval de somme, cheval de trait ; cheval de labour ; limonier ; cheval de course, galopeur, trotteur ; cheval de lance [anc.]. - Étalon, hongre, poulinière ; poulain, yearling ; litt. : cavale, coursier, destrier, haquenée, palefroi, rossinante ; fam. : canasson, dada ; fam. et péj. : bidet, bique, bourrin, bourrique, carne, criquet, mazette, rossard, rosse, tocard ; vx : carcan, haridelle. - Bardot ou bardeau, mulet.

Porcins. - Porc ; cochon ; verrat ; laie, truie ; cochonnet [fam.], goret, marcassin, porcelet. - Pourceau [litt.]. - Babiroussa, baconer, chueta, hylochère, pécari, phacochère, potamochère, sanglier ; hippopotame.

Les herbivores

Retour en haut

addax, algazelle, alpaga, anoa, antilope, argali, auroch, axis, beira, beisa, bighorn, bison, blesbok, bontebok, bœuf, bouquetin, bubale, buffalo, buffle, caribou, céphalophe, cerf, chameau, chamois, chèvre, chevreuil, chirou, couagga, coudou, daim, daman, damalisque, dibatag, duiker, dromadaire, éla, élan, élaphe, éléphant, gaur, gayal, gazelle, gemsbok, gérénuk, girafe, glouton, gnou, goral, guanaco, guib, hippotrague, hydropote, impala, izard, lama, mone, mouflon, mouton, muntjac, nilgaut, okapi, oréotrague, orignal, ovibos ou bœuf musqué, oryx, paco, porte-musc, pronghorn, raphicère, renne, rhinocéros, saïga, sambar, sika, springbok, steinbock, tapir, tétracère, vigogne, wapiti, yack, zébu

Les primates

Retour en haut

- Hominoïde ; anthropomorphe (hylobatidé, pongidé), hominien (hominidé). - Prosimien ; lémuriforme (daubentoniidé, indridé, lémuridé), lorisiforme (galagidé, lorisidé), tarsiiforme (tarsiidé), tupaiiforme (tupaiidé). - Simien ; cynomorphe (cercopithécidé, colobidé), platyrhinien (callitrichidé ou hapalidé, cébidé).

alouate, atèle ou singe araignée, aye-aye, babouin, callicèbe, capucin ou saï, cébidé, chimpanzé, colobe, cynomorphe, diane, drill, entelle, érythrocèbe, galago, gélada, gibbon, gorille, grivet ou singe vert, guenon, hamadryas, indri, lagotriche, lépilémur, loris, macaque, magot, maki, mandrill, mangabey, mococo, moustac, nasique, nycticèbe, orang-outan, ouakari, ouistiti, panda ou ailurope, papion, platyrhinien, pongidé, potto, rhésus, sagouin, saïmiri ou sapajou, sajou, saki, satan, semnopithèque, siamang, tamarin, tarsien, tarsier, toupaye, vari

Les cétacés

Retour en haut

baleine à bec, baleine bleue ou rorqual, baleine à bosse ou jubarte ou mégaptère ou rorqual longiforme, baleine grise, baleine blanche ou belouga, boutou, cachalot, dauphin, dugong, épaulard, grinde ou globicéphale, lamantin, marsouin, narval, rhytine, sousouc ou plataniste des Indes, sténodelphe

La sous-classe des fossiles

Retour en haut

cercopithèque, dryopithèque, giganthopithèque, proconsul, ramapithèque, sivapithèque

Carpolestoïde (carpolestidé), docodonte (docodontidé), embrithode, multituberculé (plagiaulacidé, ptilondontidé, téniolabidé), paléanodonte (époicothériidé, métachéiromyidé), téniodonte (stylinodontidé), tillodonte (esthonychidé), triconodonte (triconontidé). - Pantothérien ; eupantothérien (amphithériidé, dryolestidé, paurodontidé), symmétrodonte (amphidontidé, spalacothériidé). - Proboscidien ; dinothérien, mastodonte (dinothérien, pentalophodonte, tétralophodonte, trilophodonte). - Protongulé ; astrapothérien (astrapothériidé, trigonostylopidé), condylarthre (didolodontidé, hypsodontidé, méniscothériidé, périptychidé, phénacodontidé), dinocérate (gobiathériidé, prodinocérate, uintathériidé), litopterne (macrauchénidé, protérothéridé), notongulé (archéohyracidé, arctostylopidé, hégétothériidé, henricosbornidé, homalodothériidé, interathériidé, isotemnidé, léontiniidé, mésothériidé, notohippidé, notostylopidé, oldfieldthomasiidé, toxodontidé), pantodonte (archéolambdidé, barylambdidé, coryphodontidé), pyrothérien (pyrothéridé), xénongulé (carodniidé).

La sous-classe des marsupiaux

Retour en haut

acrobate, bandicoot, bettongie ou rat-kangourou, dasyure, dendrolague, diable de Tasmanie, diprotodon, fourmilier marsupial ou myrmécobie, numbat, kangourou, koala, opossum, oyapok, pétaure, phalanger, polydolops, potorou, rat marsupial, sarcophile, sarigue, thylacine, wallaby, wombat Métathérien ou marsupial ; cénolestoïde (cenolestidé, polydolopidé), dasyuroïde (dasyuridé, myrmécobiidé, notoryctidé), didelphoïde (borhyénidé, didelphidé), péraméloïde (péramélidé), phalangéroïde (diprotodontidé, macropodidé, phalangéridé, phascolomidé). - Monotrème ou ornithodelphe, protothérien (ornithorhynchidé, tachylossidé).

lundi, 04 juillet 2011 11:37

Les vers

ver

Déf: n.m., petit animal invertébré, de forme allongée, au corps mou dépourvu de pattes.

vers (noms) Ver. -

3 classes: Annélides ou vers annelés (polychètes, oligochètes, ochètes ou hirudinées= sangsues), némathelminthes, et plathelminthes ou platodes

archiannélides. - Vermidiens : brachiopodes, bryozoaires, chétognathes, échiuriens, priapuliens, rotifères, siponculiens. - Helminthe [Méd.ou litt.].

acanthocéphale ou échinorhynque, amphistome, anguillule, ankylostome, aphrodite, arénicole, ascaris ou ascaride, bilharzie ou schistosome, bonellie, bothriocéphale, branchiomma, cestode, convolute, crania, cristatelle, digène, distome, douve, dracunculus, échinocoque, enchythrée, eunice, filaire, flustre, gastrotriche, géphyrien, gnathobdelle, gordiacé, hermelle, hermione, hétérakis, hétérodère, ligule, lineus, lingule, lombric ou ver de terre, métacercaire, naïs, nématode, némerte, nephthys, néréide ou néréis, onchocerca, oxyure, palolo, périnéréis, placobdelle, planaire (ou ver plat, plathelminthe), platynéréis, pseudophyllide, rhynchobdelle, rhynchonelle, sabelle, sangsue, serpule, sipunculide, spirographe, spirorbe, strongle, syngame, térébelle, trichine, trichocéphale, tubifex, turbellarié, tylenchidé, tylenchus, ver de fumier, ver à queue, ver à tête noire, ver de vase ou vaseux.

Cysticerque, entoprocte, hydatide, microfilaire, miracidium, rédie ; cucurbitain. - Helminthiase (maladie suite à des helminthes).

Atrium, cestode, lophophore, néphridie, proglottis, scolex.

Helminthologie (étude des vers pathologiques, méd.) - Hirudiniculture (étude des sangsues).

jeudi, 30 septembre 2010 06:13

Les tortues terrestres

(en cours de construction)

Les tortues terrestres

Près de 300 espèces de tortues existent à travers le monde, ce qui démontre que ce groupe, qualifié à tort de primitif, a acquis une grande richesse de formes, pour s’adapter au mieux aux diverses contraintes écologiques. Deux tiers des espèces sont maintenant menacées. Cette disparition constante des populations de tortues est sans nul doute liée à une mauvaise appréciation de leur biologie.

La maintenance

En captivité, l’espace disponible ne détermine pas à lui seul le bien-être des animaux. Il convient donc de leur offrir un espace minimum en respectant quelque paramètres :

-Un enclos, une espèce à la fois, éviter le surpeuplement.
-L’enclos est toujours situé dans le coin du jardin le plus ensoleillé
-Un point d’eau, le bac d’eau n’est pas la meilleur solution car elles ont tendance à y faire leurs déjections. La vaporisation quotidienne de l’enclos apporte aux tortues l’hydratation nécessaire
-Les abris de 3 sortes possibles :
-L’hibernacle est utilisé par les tortues aussi bien en période d’activité que pendant l’hiver.
-L’été, les tortues aiment se cacher sous des tas de feuilles, pailles, écorces.
-Petites serres de jardin comme abri. Veillez à laisser toujours la possibilité à la tortue de sortir de la serre lorsqu’elle le souhaite.

L’alimentation

En captivité, les tortues terrestres méditerranéennes et tropicales bénéficient de la même alimentation de base. Certaines tortues d’origine tropicale ou subtropicale nécessitent une alimentation spécifique. Elles auront en tout les cas des os de seiches à disposition.
Elles sont principalement herbivores, et à l’état sauvage se nourrissent chaque jour d’une grande quantité de végétaux. Les plantes les plus consommées appartiennent aux familles des Composées, Graminées, Herbacées et Papilionacées. Elles ajoutent aussi occasionnellement à leur menu toutes sortes d’aliments : fruits, champignons, feuilles sèches, fragments d’écorces, et parfois même insectes, escargots, limaces, lombrics, cadavres de lézards, de rongeurs et d’autres mammifères. Elles absorbent aussi des excréments d’animaux, des fragments d’os, des débris d’œufs et de la terre, ce qui leur procure le calcaire et les sels minéraux dont elles ont besoin. Elles ingèrent également des petits cailloux qui jouent probablement un rôle dans la digestion des végétaux.
En captivité, il faut leur aménager dans l’enclos une aire d’alimentation, c’est-à-dire un espace délimité dans lequel on sème et entretien de nombreuses espèces végétales, comme le pissenlit, cresson, trèfle, plantain, luzerne, chénopode blanc, laiteron, onagre et galinsoga. En complément de ces végétaux, il est conseillé de leur en donner d’autres: endives, persil, feuilles de radis, feuilles de chou, épinards, céleri en branches, figues sèches, oranges, figues de Barbarie, poireau, fraises, framboises, myrtilles, tomates, pommes, poires, carottes, courge, concombre, melon, raisin, etc…
On peut poser la nourriture sur le sol, et jamais au même endroit, afin que les animaux gardent un instinct naturel de rechercher la nourriture.

Les aliments à proscrire impérativement : pâtes, riz, lait, yaourts, fromages, chocolat fondu, gâteaux, viandes, poissons, fruits de mer, croquettes pour chiens et pour chats. La distribution répétée d’aliments inadaptés réduit considérablement leur espérance de vie.

Reproduction

La reproduction des tortues terrestres méditerranéennes ne présente pas de difficultés particulières à condition de respecter certaines règles : l’enclos doit avoir suffisamment d’espace et de cachettes, on doit respecter le rythme biologique des tortues (hibernation, alimentation, repos), l’alimentation doit être équilibrée et en quantité suffisante.
En période d’accouplement, les mâles ont tendance à s’acharner sur les femelles, et les blessures et le stress peuvent même occasionner la mort de celles-ci. On peut les maintenir séparés pour les espèces dont le mâle est trop agressif (comme la tortue levantine de Turquie par exemple). Le groupe reproducteur comprend en tout cas toujours un seul mâle pour 2 femelles.
Quelques semaines après les accouplements printaniers, la femelle va rechercher un lieu de ponte propice à la bonne incubation de ses oeufs, et elle fera de une à trois pontes à un intervalle de 2 à 3 semaines. L’incubation des oeufs dure généralement entre 2 et 3 mois.

Hibernation :

Les tortues passent tout l’hiver profondément engourdies, de fin octobre à mars.
Hibernation extérieure : les tortues doivent disposer d’un abri dans un coin de l’enclos, de préférence en dur (le bois pourrit vite avec l’humidité). A l’intérieur on met une couche de 15 cm au moins d’une terre meuble et légère qui permettra aux tortues de s’enfouir facilement. Pour remplir tout l’espace vide de la cabane, on va mettre beaucoup de paille, foin, herbes et feuilles sèches sur la couche de terre.

Hibernation intérieure : elle se fait dans les régions où l’hiver est particulièrement rigoureux. En octobre, la tortue s’enterre dans le jardin. On la place alors dans une caisse remplie de terre meuble et de feuilles sèches où elle va s’enfouir. Il ne reste plus qu’à remplir la caisse de paille ou de foin et à la couvrir d’un solide grillage contre les rongeurs. On placera ensuite la caisse dans un lieu où la température est entre 5 et 10° C. Le garage, le grenier ou la cave sont des lieux tout à fait adaptés. Une surveillance régulière (sans manipulation exagérée) permet de s’assurer du bon déroulement de l’hibernation.

 

Heures d'ouverture

furet

Matin: 08:00 - 12:00
Après-midi: 14:00 - 19:00
Ouvert 2 samedis matin par mois.

Login Form